De nouvelles perspectives pour les acteurs de l’hébergement alternatif

Onefinestay et Sweet Inn poursuivent leur expansion. Tandis que la filiale d'AccorHotels spécialisée dans la location d'appartements privés de luxe ajoute San Francisco à sa liste de destinations, Sweet Inn lève de nouveaux fonds pour accélérer sa croissance.

onefinestay-san-francisco
Onefinestay propose aujourd'hui une quinzaine d'appartements de luxe à San Francisco, et bientôt une cinquantaine.

Les acteurs de l’hébergement alternatif ne chôment pas pour accroître leur empreinte mondiale. Onefinestay vient ainsi d’ajouter San Francisco à sa liste de destinations, en plus de Londres, New York, Paris, Los Angeles, Rome et Miami. Ce spécialiste de la location de demeures privées haut de gamme avec services hôteliers propose déjà une quinzaine de maisons et appartements dans la ville californienne et prévoit d’en compter une cinquantaine d’ici la fin de l’année 2017. “San Francisco était une évidence. C’est une ville dynamique, réputée pour sa qualité de vie, son activité économique et son attractivité touristique. Mais surtout, c’est une ville que notre clientèle existante, propriétaires comme invités, nous demandait d’ajouter à notre portefeuille”, explique Keyvan Nilforoushan, directeur général délégué de onefinestay. Qui aurait aussi pu ajouter que c’est aussi à San Francisco qu’est né le concept Airbnb… Après Rome en février 2016, Miami en septembre 2016, le lancement en février dernier de Collections, une série de destinations loisirs comme les Hamptons ou la Côte d’Azur, et maintenant San Francisco, l’expansion de onefinestay va bientôt se poursuivre à Boston et Milan. L’enseigne rachetée par AccorHotels en 2016 compte être présente dans 40 villes d’ici 2021.

Sweet-Inn-Barcelone
Un des appartements proposés par Sweet Inn à Barcelone.

De son côté, Sweet Inn vient d’achever une levée de fonds de 20 millions d’euros. Lancée il y a près de trois ans par Paul Besnainou, la start-up franco-israélienne Sweet Inn devrait ainsi pouvoir étendre son offre en Europe. Son offre est aujourd’hui constituée de 350 appartements à Paris, Rome, Barcelone, Bruxelles et Lisbonne ainsi qu’à Tel Aviv et Jerusalem. Amsterdam, Madrid et Milan pourraient être les premières villes ciblées.

Conduite par Qumra Capital, fonds israélien réputé pour ses investissements dans des sociétés technologiques, accompagné par un autre fonds israélien, BRM, cette levée de fonds a été suivie par deux autres investisseurs, La Maison et la holding d’investissements luxembourgeoise M.I.3. “Ces nouveaux actionnaires nous donnent les moyens d’accélérer notre développement mais aussi et surtout de participer à la révolution digitale en marche, avec le développement des technologies de rupture qui en découlent et qui promettent une reconfiguration profonde de cette industrie”, a déclaré Paul Besnainou, PDG de Sweet Inn.