La France impose de nouvelles restrictions pour sept pays supplémentaires

Depuis le 8 mai, la France restreint l'accès aux voyageurs en provenance de sept pays supplémentaires, en raison de l'accroissement des cas de Covid-19. En particulier, ceux qui semblent être fortement touchés par le variant indien. 
Des contrôles renforcés pour les passagers en provenance de sept pays, principalement d'Asie et du Moyen-Orient (Photo: aéroport de Lyon-VINCI)

Les sept pays concernés par les nouvelles restrictions imposées par la France sont le Bangladesh, les Emirats Arabes Unis, le Népal, le Pakistan, le Qatar, le Sri Lanka et la Turquie. Ils rejoignent cinq autres pays, déjà considérés comme à haut risque de contagion depuis le 24 avril (Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Chili et Inde). Les évolutions les plus inquiétantes des cas de covid sont relevées en Inde, Népal et Turquie.

Dans ce dernier pays, le nombre de contaminations quotidiennes s’élève encore à plus de 25 000. Cependant, on y observe depuis deux semaines une décrue, le pic de l’épidémie semblant avoir été atteint le 21 avril dernier.

La Turquie applique de son côté des mesures d’entrée relativement souples. Les passagers se rendant en Turquie par transport aérien doivent obligatoirement présenter un test PCR Covid-19 négatif effectué au plus tard 72h avant le départ. Depuis le 15 mars 2021, tous les passagers étrangers et non-résidents en Turquie doivent compléter le formulaire du ministère de la santé dans les 72 heures qui précèdent leur entrée sur le territoire turc.

Pour toute personne revenant de ces pays en France, il faut justifier à l’arrivée d’un test PCR négatif de moins de 36 heures. Les passagers doivent également déclarer à la compagnie aérienne le lieu de quarantaine, justificatif à l’appui. Des contrôles sont effectués par la police ou la gendarmerie. Cette quarantaine s’accompagne cependant d’une permission de sortie entre 10h00 et 12h00. Tout contrevenant s’expose à une amende de 1 000 à 1 500 euros en cas de récidive. Selon le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, plus de 140 personnes ont été verbalisées sur un total de 1 500 contrôles réalisés.