Rebond confirmé pour l’hôtellerie française

Après une année 2016 difficile dans le prolongement des attentats de Nice et Paris, l’hôtellerie française a repris le chemin de la croissance en 2017. Croissance qui devrait d’ailleurs se poursuivre tout au long de l’année en cours.

Paris
L'hôtellerie parisienne est repartie de l'avant en 2017.

Une reprise partout, sur tous les territoires et pour toutes les catégories” : c’est le bilan de l’année écoulée tiré par Olivier Petit, associé Tourisme, Culture et Hôtellerie chez In Extenso. Le cabinet estime à 3,9 % la croissance du revenu par chambre (RevPAR) de l’hôtellerie française en 2017, avec une activité essentiellement soutenue par la fréquentation des établissements, en hausse de 3,7 %. En comparaison, le prix moyen ne s’accroît que de 0,2 %. “Dans un contexte de reprise, cette prudence des hôteliers est compréhensible”, note Deloitte In Extenso.

Alors que les effets négatifs des attentats de Paris et de Nice sur la clientèle internationale se sont estompés, le tourisme français a atteint 89 millions de visiteurs en 2017, soit une progression de 6% par rapport à 2016. “L’hôtellerie profite pleinement de l’attractivité de la destination et peut, en plus, capitaliser sur les retombées de la reprise économique”, analyse Philippe Gauguier, Associé Tourisme, Culture et Hôtellerie chez In Extenso.

Toujours motrice de l’activité, l’hôtellerie en régions voit son chiffre d’affaires hébergement progresser de 2,2% par rapport à 2016. Si la fréquentation est au beau fixe, le prix moyen des catégories Economique à Haut de gamme est en léger recul – moins de 1% –, s’expliquant en partie par la tenue de la Coupe d’Europe de football en 2016, qui avait dynamisé les prix moyens. Ce dont ont notamment pâti les villes de Lille, Lyon et Marseille. A l’inverse, Bordeaux et Nantes enregistrent une croissance de leurs résultats, tout comme l’hôtellerie niçoise, qui s’est remise d’une année 2016 difficile en capitalisant sur la complémentarité de ces segments de clientèles loisirs et business.

Longtemps locomotive de tout le secteur, l’hôtellerie parisienne repart elle aussi de l’avant après avoir subi un repli très marqué de ses résultats en 2016. Portée, d’une part par le tourisme d’affaires, et d’autre part par le retour des nombreuses clientèles étrangères, avec en tête les Américains, les Chinois, les Allemands et les Espagnols, elle affiche une progression de 9,2 % de son RevPAR. L’hôtellerie de luxe, la plus pénalisée l’an dernier, a pu profiter d’une fréquentation plus soutenue, même si sa reprise est restée molle en raison d’une forte croissance de l’offre. Point positif, son prix moyen a commencé à se redresser en fin d’année, laissant augurer de bonnes performances cette année.

Deloitte In Extenso prévoit d’ailleurs que le rebond constaté l’année dernière va se poursuivre en 2018 et table sur une progression du chiffre d’affaires hôtelier comprise entre 2,5 % et 4 %. Dans le détail, le RevPar de la catégorie luxe devrait croître de 3 % à 4,5 %, celui de la catégorie haut de gamme entre 3,5 % et 5 %. En raison de sa forte implantation en régions, le milieu de gamme devrait lui aussi continuer d’avoir une croissance affirmée, comprise entre 2,5 % et 3,5 %. De la même manière, l’orientation de l’hôtellerie économique est positive, entre 3,5 % et 4,5 %. Enfin, l’entrée de gamme de l’hôtellerie française, le super-économique, qui avait souffert ces dernières années, reprend de la vigueur au rythme des nouvelles ouvertures et des rénovations (1,5 % et 2,5 %).

Cette dynamique positive n’est pas circonscrite à la France, mais s’étend à toute l’Europe. STR, partenaire de Deloitte In Extenso, constate que les indicateurs sont au vert, que ce soit en Europe de l’Est, en Scandinavie ou sur le pourtour méditerranéen. Le Royaume-Uni ne semble pas, elle non plus, souffrir du Brexit, profitant au contraire de la baisse de la livre sterling pour attirer un grand nombre de touristes étrangers. Au final, malgré les attentats qui ont durement touché de nombreuses villes du contient, en dépit de l’émergence d’une forte concurrence d’Airbnb, la fréquentation des hôtels européens s’est révélée plus élevée en 2017 qu’en 2008, dernière année record en la matière. Et STR de prévoir une année 2018 encore plus productive pour les hôteliers européens.