Rencontre : Alexis Delaroff, directeur général d’Accor Russie et pays de la CEI

«Moscou, avec près de 15 millions d’habitants, est un marché forcément intéressant»

Combien d’hôtels possède le groupe Accor Russie et quel intérêt représente ce pays ?

Alexis Delaroff – Aujourd’hui, Accor gère huit hôtels en Russie. Deux Novotel et un Ibis à Moscou, un Novotel et un Ibis à Saint- Pétersbourg, un Ibis à Kazan et un autre à Omsk, ainsi qu’un Novotel à Yekaterinburg. Moscou, en tant que mégalopole de près de 15 millions d’habitants, est un marché forcément intéressant. De plus, il y a autant de chambres de niveau international à Moscou qu’autour de l’aéroport Charlesde- Gaulle en France… Il y a donc là un potentiel. La Russie étant le pays le plus peuplé d’Europe, avec 140 millions d’habitants et une croissance supérieure à celle de l’Union européenne, nous constatons l’émergence, lente mais certaine, d’une classe moyenne qui voyage, et sera donc amenée à utiliser nos marques dans le futur.

Comment vous positionnez-vous d’un point de vue tarifaire à Moscou ?

A. D. – Nos hôtels respectent leur positionnement historique tout en restant dans le marché. Récemment, les prix de l’hôtellerie globale à Moscou ont baissé. Notre clientèle reste majoritairement affaires et nous proposons des offres ciblées ainsi que les mêmes formules que celles qui ont fait notre succès en Europe et dans le monde. Et les hôtels moscovites participent à toutes sortes d’actions commerciales. De plus, nous adaptons notre pricing aux événements particuliers du marché.

Y a-t-il de nouvelles ouvertures prévues prochainement à Moscou ?

A. D. – Nous prévoyons en 2011 un Mercure de 115 chambres et un Novotel de 350 chambres en 2012. D’autres projets existent, mais ils sont un peu plus lointains.