Rencontre : Aurélie Duprez, associée chez Areka Consulting

“Les sources de données sont extrêmement fragmentées”

Le reporting est-il un casse-tête pour les entreprises ?

Aurélie Duprez – C’est assez compliqué d’avoir une vision globale consolidée. Les sources de données sont extrêmement fragmentées, et pour nombre d’entreprises, Il faut ensuite multiplier ces sources par le nombre de pays concernés. Ensuite, elles ne sont pas toutes du même niveau. Les solutions de paiement permettent d’extraire des données brutes à un niveau assez fin. De leur côté, les agences de voyages ont des données détaillées, mais les rapports sont très formatés. Je ne serais pas surprise de les voir investir pour faire évoluer leurs offres de reporting. Quant aux outils de gestion des notes de frais, ils sont peu utilisés, car pour la plupart des clients il y a une solution par pays, voire par entité, avec des systèmes souvent assez anciens. Enfin, il y a aussi les données des fournisseurs, notamment hôteliers, qui sont surtout utilisées dans le cadre des négociations.

Comment faire son choix ?

A. D. – Tout dépend de l’objectif. Si le but est de contrôler le comportement des voyageurs, notamment pour l’aérien, l’agence est une très bonne source. Ce sera plus difficile dans l’hôtellerie, car beaucoup de réservations échappent à l’agence. Mieux vaut donc se tourner vers les données de paiement ou les notes de frais. Pour avoir une idée du volume de dépenses, les outils de gestion de notes de frais sont la source la plus globale, mais elles offrent peu de détails. Et dans un exercice de négociations, mieux vaut se tourner vers l’agence et les fournisseurs eux-mêmes. On peut aussi être amené à utiliser les quatre sources, et nous avons d’ailleurs développé la solution Travelspot, qui permet de construire des tableaux de bord en intégrant ces différents horizons, en fonction des besoins.

Est-il envisageable de maîtriser l’intégralité des données ?

A. D. – Si l’entreprise contrôle les canaux de réservation, met en place un système global en paramétrant bien les informations qui doivent être renseignées par les voyageurs et en liant le fournisseur de cartes aux outils de gestion des notes de frais, elle aura une très bonne vision sur ses dépenses.la plus globale, mais elles offrent peu de détails. Et dans un exercice de négociations, mieux vaut se tourner vers l’agence et les fournisseurs eux-mêmes. On peut aussi être amené à utiliser les quatre sources, et nous avons d’ailleurs développé la solution Travelspot, qui permet de construire des tableaux de bord en intégrant ces différents horizons, en fonction des besoins.

Est-il envisageable de maîtriser l’intégralité des données ?

A. D. – Si l’entreprise contrôle les canaux de réservation, met en place un système global en paramétrant bien les informations qui doivent être renseignées par les voyageurs et en liant le fournisseur de cartes aux outils de gestion des notes de frais, elle aura une très bonne vision sur ses dépenses.