Mongolie : de l'or sous la steppe

Rencontre avec Frédéric Roman-Hauduroy de la chambre de commerce franco-mongole

Frédéric Roman-Hauduroy est membre de la chambre de commerce franco-mongole et fondateur de l´agence Step´in.
Frédéric Roman-Hauduroy

Pariez-vous sur le développement rapide de la Mongolie ?

Roman Hauduroy – Avec toutes ses ressources, le développement semble inéluctable et la capitale s’est considérablement transformée dans la dernière décennie. Il ne faut cependant pas oublier que la Mongolie reste avant tout un potentiel. On mise sur son futur, mais tout n’est pas encore réel. La Mongolie est une jeune démocratie qui fonctionne plutôt bien. Mais au parlement, de nombreux intérêts économiques différents sont représentés. Les autorités locales, le gouvernement, les partenaires commerciaux comme la Russie, la Chine, les grandes multinationales n’envisagent pas toujours ce développement de la même façon. Il est un peu tôt pour parler de success story, mais l’histoire est en marche…

Les entreprises françaises sont-elles bien positionnées en Mongolie ?

R. H. – Plusieurs entreprises du CAC 40 ont des projets d’envergure. Par ailleurs, un conseiller économique à l’Ambassade de France travaille à cela en permanence, tout comme la nouvelle chambre de commerce franco-mongole, dont je suis membre, et au sein de laquelle j’interviendrai pour accompagner des initiatives concernant l’industrie du tourisme au sens large. D’autres sont spécialisés sur l’immobilier, le secteur minier, l’énergie, l’agro-alimentaire, le luxe. La vocation de cette chambre de commerce est de contribuer au développement des échanges économiques entre la France et la Mongolie, en favorisant les relations entre les communautés d’affaires et en apportant des appuis concrets aux entreprises.

Les infrastructures touristiques sontelles à la hauteur de ce potentiel ?

R. H. – La Mongolie a besoin de développer ses liaisons aériennes afin de développer ses relations d’affaires. Pour cela, un nouvel aéroport international, mais aussi plusieurs hôtels cinq étoiles, sont en construction bien avancée. Le pays ne disposant pas de ressources humaines et logistiques permettant le développement d’un tourisme de masse, je considère que l’avenir du tourisme en Mongolie est de développer le segment haut de gamme. Le marché du tourisme d’affaires ou la création d’une offre thermale dans le centre du pays, qui abrite de nombreux parcs naturels, ont par exemple un fort potentiel de développement, et pourraient participer à développer l’image du pays à l’international.

Reportage : Arnaud Deltenre

Mongolie : de l'or sous la steppe