Rencontre : Élisabeth Ponsolle des Portes, déléguée générale du Comité Colbert

«Les maisons françaises ont toujours été très appréciées par la clientèle locale»

Après le grand cru 2007, les Français ont-ils encore la cote dans la Russie de 2010 ? Élisabeth Ponsolle des Portes –

Oui, bien sûr, le luxe français reste très apprécié en Russie. Et si les circonstances économiques influent sur le prix moyen des achats, on constate une évolution dans la consommation qui devient de plus en plus sophistiquée. Et les Russes de plus en plus connaisseurs.

Quel rôle joue la Russie, et plus particulièrement Moscou, dans le domaine du luxe français ?

É. P. des P. – Les entreprises du Comité Colbert ont historiquement des liens privilégiés avec la Russie. Les marques françaises ont toujours été très appréciées par la clientèle locale et, à l’inverse, la Russie a été une source d’inspiration, voire d’innovation pour nos maisons, notamment par le biais des commandes spéciales. Dans cette relation, Moscou est une ville phare où, aujourd’hui encore, la plupart de nos marques sont représentées.

Quel savoir-faire français est-il le plus recherché par les Moscovites ?

É. P. des P. – La quête des Moscovites est très diverse et tous nos secteurs sont très appréciés. Et on note, par exemple, que la décoration est de plus en plus recherchée. Mais il ne faut surtout pas croire que l’intérêt pour le luxe français se concentre uniquement à Moscou et Saint-Pétersbourg. De plus en plus de boutiques ouvrent dans les villes moyennes, et certaines de nos entreprises ont même été amenées à se déplacer jusqu’à… Vladivostok !