Réunions : Un optimisme casanier

La reprise tend à inciter au relâchement des budgets meetings : c’est le principal enseignement de l’édition 2007 de l’étude FutureWatch, conduite auprès de 1443 professionnels du secteur de la réunion par Meeting Professionals International (MPI, www.mpiweb.org) en partenariat avec American Express. Les meetings planners interrogés prévoient en effet une hausse importante des dépenses liées aux réunions en 2007, dans l’univers des associations (hausse moyenne de 21 % escomptée) comme dans celui des sociétés (18 %).

L’étude montre cependant une certaine inquiétude des professionnels, qui placent le terrorisme et la guerre en tête des possibles freins au développement des réunions professionnelles. Conséquence logique : les organisateurs de réunions deviennent de plus en plus casaniers. Ainsi, les meeting planners américains prévoient que 90 % de leurs réunions se feront au pays (contre 83 % en 2006), tandis que les Européens ont l’intention de rester sur le Vieux Continent pour 81 % de leurs réunions (contre 71 % en 2006).

Concernant les lieux envisagés pour la tenue de ces réunions, le lot devrait se répartir entre hôtels urbains (35 % des réunions aux États-Unis, 28 % en Europe), resorts (30 % aux États-Unis, 13 % en Europe), centres de conférences et de congrès (16 % aux États-Unis, 37 % en Europe) ; la dernière part du gâteau se partageant entre les hôtels aéroportuaires, les restaurants et les “autres lieux de réunions”.