Rio : au pays des Condos

De A comme Alfa Barra à W comme Wimbledon Park, Barra da Tijuca se distingue du reste de la ville par ses forêts de tours résidentielles. Sécurisés, ces condominiums attirent les CSP+ locaux et les expatriés, tous séduits par l’argument – toujours discutable – de la “qualité de vie”, mais aussi par l’immobilier.

Selon le quotidien O Globo, un trois-pièces vaut en moyenne 910 000 R$ (335 000 euros), moitié moins qu’à Copabana et trois fois moins qu’à Leblon, le quartier le plus chic !

La culture du condo atteint à Barra un degré de raffinement particulier, avec des communautés fermées à l’intitulé propice au farniente (Sundeck, Sunshine, Sunview…) et aux dimensions gigantesques. La preuve : Peninsula Barra, eco-condominium massif encadré par le lac de Tijuca, rassemble déjà une cinquantaine de tours résidentielles, deux gratte-ciel “business” et près de 28 000 habitants dans un cadre tout en verdure qui met l’accent sur ses “200 espèces plantées”.

Au pied de leur immeuble, les “péninsulistes” trouvent tout ce qu’il faut pour ne pas avoir à se déplacer : tennis, piscine, spa, gym, espace barbecue et même galerie d’art dans le jardin… Avec, en prime, de grands espaces : “Peninsula a à peu près la taille de Leblon, mais la grande différence, c’est que seuls 8 % de la surface est construite ! Il y a de la place ici, se réjouit une habitante, qui a vu la valeur de son bien doubler en cinq ans, “Barra, c’est difficile d’y aller, mais c’est difficile d’en sortir”…