La Russie poursuit la simplification de formalités de visa

La Russie continue de favoriser le retour des voyageurs dans le pays. Elle propose depuis août un visa de tourisme valide six mois et autorise davantage de points d'entrée pour les visiteurs.

Si la Russie continue de ne pas accorder de e-visa en raison de la crise du coronavirus, le pays offre une alternative tout aussi pratique. Le 26 mai dernier, le président russe Vladimir Poutine signait en effet une nouvelle loi fédérale modifiant la loi antérieure sur les procédures d’entrées et de sorties du territoire de la Fédération de Russie.

Selon l’amendement signé par le Président, un visa touristique ordinaire peut être désormais délivré pour une période allant jusqu’à six mois à un citoyen étranger venant en Russie en tant que touriste. Ce visa était jusqu’à présent d’une durée maximale de 30 jours.

Seule compte une réservation d’hôtel payée pour le visa

Il n’est plus fait mention d’une invitation particulière ou d’une lettre de confirmation d’une quelconque entreprise ou organisme administratif. Désormais, une simple confirmation d’une réservation d’hôtel permet d’obtenir le visa. Cependant, l’hôtel – ou tout autre type d’hébergement officiel – doit être recensé au registre fédéral des entreprises de tourisme. La loi n’est entrée en vigueur que le 24 août dernier car il existe un délai de 90 jours pour qu’un texte signé entre en vigueur. Obligation est faîte pour les visiteurs d’avoir cependant payé à l’avance l’hôtel ou l’hébergement sélectionné.

Toujours dans un souci de simplification des formalités d’entrée sur le territoire russe, dix nouveaux points de passage pourront traiter les passagers bénéficiant d’un e-visa. Les dix points de passage incluent les aéroports de Khomutovo d’Ioujno-Sakhalinsk, d’Irkoutsk, de Sotchi, de Tcheliabinsk, de Tchita et de Vladivostok. Trois points de contrôle automobile et un point de contrôle fluvial accepteront également le e-visa dès qu’il sera de nouveau disponible.

Au total, ce sont depuis ce mois-ci 50 points à travers le pays qui peuvent recevoir les titulaires d’un e-visa. Dont pas moins de 22 aéroports, deux gares ferroviaires et six ports maritimes. Ne manque donc plus que le retour du e-visa !