Shanghai / Canton – Jeux asiatiques : Les nouveaux ingrédients du ring cantonais

À quelques mois des Jeux asiatiques, Canton entame la dernière ligne droite avant de montrer un tout nouveau visage d’athlète économique. Avec la création d’infrastructures multiples et un quartier d’affaires en éclosion.

S’imposer comme nouveau centre économique de la Chine méridionale est une chose. Asseoir dignement ce nouveau prestige en est une autre. Et qui demande un vrai coup de main pour tourner de bonne façon de très exotiques ingrédients. Trois au total : un événement international, un nouveau quartier d’affaires et, dans la foulée, un monument emblématique. Canton qui, en 2008, a reçu le label “Ville de civilisation”, s’est tout offert en bloc. À commencer par la 16e édition des Jeux asiatiques qui se déroulera du 12 au 27 novembre prochain. Au programme de ce coup d’éclat, 42 compétitions et 28 disciplines olympiques dans lesquelles s’illustreront 14000 athlètes de 45 délégations.

Pour l’occasion, une douzaine d’infrastructures sportives ont été construites et une cinquantaine rénovées, le tout pour un montant de plus d’un milliard d’euros. Une somme presque faible au regard des 15 à 20 milliards investis dans les infrastructures en général. À n’en pas douter, les Jeux serviront avant tout de tremplin. Un tremplin grâce auquel Canton se propulsera vers un statut de métropole de services. C’est pour quoi le nouvel aéroport, ouvert en 2004, se dotera avant novembre, pour les Jeux donc, d’un terminal supplémentaire. Il y aura aussi la nouvelle cité universitaire qui pourra accueillir jusqu’à 200000 étudiants ; ou le programme Green Landscape, Blue Sky and Blue Water, une révolution encourageant la création d’espaces verts en pleine ville et le reboisement de la banlieue. Mieux : la gare TGV de Panyu permettra bientôt de rejoindre Hongkong en 40 minutes. Et surtout, projet suprême, le quartier d’affaires du district de Tianhe.

Des tours jumelles de 100 étages

Cette “Nouvelle cité de la rivière des Perles” sera la prochaine adresse des sièges des grandes entreprises. Ce sera aussi le quartier hype où il sera de bon ton de résider, faire du shopping, dîner, se cultiver… D’une superficie totale de plus de six kilomètres carrés, cette véritable ville dans la ville où devraient se croiser 380 000 résidents et professionnels, aura pour point d’accroche des tours jumelles de plus de 100 étages, mais aussi la Pearl River Tower de 70 étages. Premier gratte-ciel au monde à produire son électricité par technologie éolienne, la tour sera aussi équipée de panneaux photovoltaïques. Parmi les autres totems, le nouvel Opéra de Canton, conçu par la célèbre architecte anglo-irakienne Zaha Hadid et qui s’inspire des formes d’un galet de la rivière des Perles ; il côtoiera le “coffret à bijoux en bois laqué serti de pierres de jade” alias le futur musée de la province du Guangdong. La bibliothèque municipale, pour sa part, évoquera un gigantesque livre ouvert.

Cet univers de féerie urbaine, où les galets se frottent aux gemmes dans une pépinière de tours, se verra bien sûr nimbé d’une pluie d’étoiles hôtelières. “Certains s’étonnent que depuis 2007, les cinq-étoiles internationaux se mettent à pousser de façon soudaine, explique Aaron Loy, représentant du Four Points by Sheraton de Canton, mais il y a une histoire derrière ce phénomène.” Une histoire simple : à la fin des années 80, lorsque les grands hôtels chinois de Canton ont ouvert, tels le White Swan, le Garden Hotel, le China ou le Baiyun, la ville leur avait certifié qu’aucune marque internationale ne viendrait les concurrencer pendant quinze ans. L’accord ayant pris fin en 2005, la concurrence a aussitôt attaqué ses travaux. Ceux du Shangri-La, puis du Westin, du Ritz-Carlton et du Grand Hyatt. Le tout au centre de la cité en hyperactivité. Depuis le restaurant panoramique du Grand Hyatt, la vue du 22e étage se balafre de vastes zones de constructions et de tours inachevées qui laissent à l’imagination la tâche d’entrevoir le prochain visage de l’étrange endroit. Un quartier qui sera bientôt doté d’un Four Seasons, dans l’une des tours jumelles, et aussi d’un Sheraton, prévu en septembre – à temps pour les Jeux – complété par un W qui ouvrira en décembre. Les années 2010-2012 devraient voir naître un Mandarin Oriental, et peutêtre un Pullman, un Sofitel, un Jumeirah, un Intercontinental… La liste est longue et sans doute loin d’être exhaustive.

Parmi tous ces projets architecturaux et hôteliers, c’est la Guangzhou new TV Tower qui sera l’emblème du Canton version XXIe siècle. Située de l’autre côté de l’eau, dans l’axe de la cité de la rivière des Perles, elle symbolisera le point de départ de la nouvelle ère… Peu importe la frontière aquatique entre elle et le quartier d’affaires, c’est un véritable univers moderne qui vivra là, avec une TV Tower dotée d’une “shopping plaza”, d’une salle de conférences de 2400 m2, de deux restaurants tournants aux 82e et 83e étages, d’un observatoire et d’un “turbo drop” pour les amateurs de frayeurs sécurisées. Reste à savoir – c’est encore un secret – quelles extravagantes festivités seront servies lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux asiatiques qui se tiendra dans cette nouvelle Babel cantonaise.