Premiers pas vers une réouverture à Singapour et en Thaïlande

Singapour et la Thaïlande commencent à alléger les règles d'entrée sur leur territoire respectif. Un premier pas même si beaucoup reste encore à faire pour normaliser les mouvements de voyageurs. 
L'horizon s'éclaircit pour les voyageurs d'affaires vers Singapour (Photo: LC)

En Asie, Singapour comme la Thaïlande comptent parmi les pays ayant le plus besoin de rouvrir leurs frontières. Pour des raisons totalement différentes. Singapour est la plaque tournante commerciale et financière de toute l’Asie du Sud-Est. Le pays a donc besoin de se ré-ancrer aux mouvements internationaux.

L’économie thaïlandaise est de son côté fortement dépendante du tourisme, y compris du secteur MICE. Les statistiques démontrent ainsi que 20% du PIB du royaume est généré par le tourisme, record absolu en Asie.

Singapour pour hommes d’affaires uniquement

A Singapour, le Premier ministre Lee Hsien Loong a, dans un récent discours, reconnu que la ville-État n’avait pas d’autre choix que d’assouplir les restrictions. « Le commerce et les voyages sont notre force vitale », a-t-il déclaré. « Plus nos frontières resteront fermées aux voyageurs, plus nous risquerons de perdre définitivement notre statut de plaque tournante internationale, ce qui portera préjudice à notre propre existence ».

La ville a donc décidé de rouvrir ses frontières à partir de la mi-janvier sous le programme Connect@Singapore. Si les voyageurs pourront venir de tous les pays, l’autorisation de séjour ne s’applique qu’aux seuls hommes d’affaires et officiels en visite.

Une jauge sera également fixée pour un nombre limité de voyageurs étrangers. Ces derniers ne pourront résider plus de 14 jours, selon un communiqué du ministère du commerce.

Le voyage à Singapour ne s’apparentera cependant pas à une sinécure. En effet, l’Etat imposera des conditions de séjour très strictes.

Les voyageurs devront se soumettre à des tests de dépistage au covid avant de quitter leur pays d’origine. Mais aussi dès leur arrivée à Singapour et régulièrement pendant leur séjour.

Ils ne pourront ainsi résider et tenir de réunions que dans des lieux déterminés par le gouvernement. Avec impossibilité de quitter ces derniers. Interdiction sera également faîte de contacter d’autres personnes hormis les autres membres d’un même groupe de voyage. Tous les voyageurs devront aussi télécharger l’application de traçage sanitaire de l’île Etat.

Une rencontre avec leurs interlocuteurs locaux se déroulera dans des salles de réunion spécialement conçues. Elles seront équipées de panneaux de verre étanches pour réduire le risque de transmission.

Certaines entreprises ont déjà annoncé une participation active à Connect@Singapore. En font partie Temasek à travers The Ascott Limited, Changi AirportGroup, Sheares Healthcare Group, SingEx et Surbana Jurong. L’aéroport de Changi devrait s’avérer un lieu-test de ce nouveau protocole pour voyageurs.

Bangkok (photo: LC)

La Thaïlande de nouveau ouverte aux Européens

De son côté, la Thaïlande commence à desserrer son étau sur les entrées de visiteurs. Elle a ainsi pris plusieurs mesures pour encourager la venue de voyageurs étrangers.

La semaine dernière, le gouvernement a annoncé permettre aux citoyens de 56 pays (dont la Belgique, la France, le Luxembourg et la Suisse) de venir dans le royaume sans visa préalable.

Les voyageurs devront présenter un certificat attestant qu’ils sont négatifs au covid soixante-douze heures avant leur départ. L’obligation de résider dans un hôtel de quarantaine perdurera, selon les informations communiquées par Taweesin Wisanuyothin, porte-parole du groupe de travail covid-19 en Thaïlande.

La réservation d’hôtels doit impérativement s’effectuer à travers le programme Alternative State Quarantine (ASQ). Les établissements ASQ ont reçu l’approbation du ministère thaïlandais de la santé publique et du ministère de la défense. Le prix du séjour varie de 26 500 Baht (environ 735 euros) à 600 000 Baht (environ 16 700 euros) selon le standard de l’établissement.

La quarantaine reste fixée pour le moment à 14 jours. Les autorités ont dans le même temps prolongé la validité du visa de 30 à 45 jours. Pendant la quarantaine, les arrivants seront soumis à trois tests covid-19, contre deux auparavant.

Un plus grand nombre de tests pourrait potentiellement conduire à des durées de quarantaine plus courtes dans un avenir proche. Le gouvernement thaïlandais planche effectivement depuis quelque temps sur une quarantaine réduite à 10 jours.