Spacetrain : le train du futur, made in France

La jeune pousse Jacques Vaucanson cherche à lever des fonds pour développer un concept de train sur coussins d’air. Le Spacetrain devrait permettre à ses passagers d’effectuer des trajets interurbains à très grande vitesse.

Spacetrain Jacques Vaucanson
Une image du futur Spacetrain © Jacques Vaucanson

L’aérotrain de Jean Bertin pourrait connaître une renaissance. Spécialisée dans l’aéronautique, la start-up Jacques Vaucanson – du nom d’un inventeur du XVIIIe siècle – travaille sur un projet de train pneumatique proche du concept de l’ingénieur des années 70. Baptisée Spacetrain, cette navette complètement automatisée est propulsée par des moteurs à induction linéaires. Ces derniers ont l’avantage d’être silencieux et de fonctionner à l’électricité, permettant ainsi de les alimenter en énergies renouvelables. Afin de réduire au minimum la friction, le véhicule est soulevé et guidé par des coussins d’air.

Avec cette technologie, la navette peut atteindre une vitesse moyenne de 540 km/h, soit 200 km/h de plus que le TGV, avec des pics à 720 km/h. « Le projet Spacetrain s’adresse d’abord aux usagers des lignes interurbaines qui souhaitent un renouveau dans leurs modes de déplacements », souligne Emeuric Gleizes, CEO Spacetrain. Si ce train futuriste voit le jour, il reliera les grandes villes françaises en un temps record.

Sur les traces de l’Aérotrain

Cette navette n’existe pour l’instant que sur le papier. L’équipe de douze ingénieurs qui travaille sur le projet depuis 2016 a déposé des brevets et ébauché les plans. Ils négocient actuellement des partenariats avec des industriels, des universités et avec l’État. La start-up a maintenant besoin de 30 millions d’euros afin de continuer le projet et construire un prototype.

Spacetrain monorail
Le monorail utilisé pour tester l’Aérotrain de Jean Bertin au Nord d’Orléans CC Julien Bertrand

Le premier modèle expérimental sera testé sur le même monorail que l’Aérotrain de Jean Bertin. Abandonnée depuis 1977, cette structure bétonnée en « T » inversé est située au Nord d’Orléans (45), et devra être partiellement rénovée. Le projet prévoit d’embarquer de 20 à 40 personnes, mais la version commerciale du Spacetrain devrait accueillir 140 voyageurs. Si tout se déroule selon le plan de Jacques Vaucanson, les premiers tests auront lieu en 2020 et la navette sera mise sur le marché en 2025.