Athènes : crise et redressement

Rencontre avec Stéphane Perchenet, Business France

Responsable de la Grèce et directeur Adjoint Méditerranée Est de Business France, Stéphane Perchenet fait un point sur l'évolution d'Athènes et de ses pôles business, et sur les nombreux projets en passe de transformer la destination.

Stéphane Perchenet

Quelle est la place des entreprises françaises à Athènes, et comment a-t-elle évolué avec la crise économique ?

Stéphane Perchenet – Près de 120 filiales françaises sont présentes en Grèce, ce qui représente 30 000 emplois, en plus des nombreux distributeurs nationaux de marques françaises. Bien que certaines entreprises se soient désengagées du marché grec pendant la crise, notamment dans la grande distribution ou les services financiers, la présence française se maintient dans beaucoup de secteurs d’activité comme l’énergie, les infrastructures et le BTP, le ferroviaire, l’agroalimentaire, la cosmétique, la logistique et, bien entendu, le tourisme. Le Partenariat Stratégique signé le 23 octobre 2015 entre la France et la Grèce a officialisé et traduit en termes concrets en matière d’investissements et d’échanges commerciaux, notre soutien au maintien de la Grèce dans la zone euro. Sur la base des avantages comparatifs de la Grèce ont été sélectionnés comme stratégiques et porteurs pour le développement de la Grèce les secteurs des infrastructures de transport, de l’énergie, des TIC, du tourisme, et de la logistique. La Grèce est sortie du programme d’ajustement budgétaire le 20 août 2018 et l’économie grecque a renoué avec la croissance en 2017, portée par un environnement budgétaire stabilisé et le regain de confiance qu’ont apporté le bon déroulement du programme et son achèvement.
C’est une croissance de l’activité redressée en 2017, qui s’est confirmée en 2018 avec une croissance du PIB de 2,2% au premier semestre 2018, et estimée à 2,4% en 2019. Restent pour 2019 la réalisation des engagements du post programme ainsi que la mise en œuvre des conditions favorables à une croissance durable, notamment l’établissement d’un climat de confiance pour les investissements à long terme, ainsi que la consolidation de politiques visant à renforcer la cohésion sociale.

Les infrastructures de la ville sont-elles adaptées aux attentes de la clientèle affaires ?

Stéphane Perchenet – Cette année plus de 30 millions de visiteurs ont été accueillis en Grèce, générant 16 Milliards d’euros de revenus touristiques. La Grèce se place en 25e position au niveau mondial dans le secteur du tourisme de conférences et à la 15e place en Europe. Il y a certes toujours une marge d’évolution notamment en termes de structuration et de présentation de l’offre, et d’un éventail plus large en termes de centres de congrès de taille. Néanmoins, beaucoup de solutions de qualité sont proposées, avec des centres culturels et de conférences offrant des dimensions architecturales pouvant répondre à des clients très sélectifs qui sont à la recherche d’offres d’exception. Il faut noter par exemple la tenue de conférences internationales à Athènes dans le domaine du médical, ou encore l’organisation du congrès mondial de la librairie et de l’information en août 2019. Le parc hôtelier d’Athènes 4 et 5 étoiles offre également une large gamme de salles de conférences. L’aéroport Elefthérios Vénizélos Athens Airport a accueilli sur le premier semestre 2018 plus de 10 millions de passagers, bouclant ainsi une année record, et 400 millions d’euros d’investissement sont prévus sur les cinq prochaines années avec notamment le développement d’un nouveau terminal. La route périphérique d’Athènes, son tram et son métro permettent une circulation relativement fluide.

Comment évolue l’offre hôtelière ?

Sur les 2 dernières années, plus de 1 000 chambres d’hôtels ont été ajoutées, et 400 chambres sont en construction actuellement, avec des enseignes internationales dont Hilton, Hyatt, Marriott, Wydham Grand Hotel, Four Season, Autograph, Ibis, Amirandes… En termes de projets d’infrastructures pour le tourisme d’affaires, on ne peut omettre de mentionner le projet de longue haleine d’Hellinikon : un projet qui représente 8 milliards d’euros d’investissement, qui a été sujet à des retards importants et dont le début de la construction doit voir le jour en 2019. Il s’agit du développement par le consortium LAMDA Development de la riviera athénienne qui comprendrait entre autres un parc métropolitain de 200 hectares, une marina, un casino, des hôtels, et un centre de congrès.

Comment évolue la ville, et plus spécifiquement le port du Pirée ?

Stéphane Perchenet – Le port du Pirée poursuit son développement avec des investissements à hauteur de 300 millions d’euros d’ici 2021, et par la suite 50 millions d’ici 2026, pour des travaux d’infrastructures portuaires et logistiques majoritairement. Le Groupe chinois Cosco souhaite injecter 200 millions d’euro en sus dans des infrastructures liées au tourisme de croisière, notamment des hôtels, des parkings, ou un centre commercial. Le port du Pirée était le sixième port commercial d’Europe en 2017, et souhaite devenir également un port de croisière important avec en projet la construction d’un nouveau quai pouvant accueillir quatre nouvelles places de bateaux de croisières allant jusqu’à 390 m. Le Pirée est un quartier d’affaires qui regroupe historiquement beaucoup de sociétés et d’institutions du secteur maritime.

Et le quartier de Syndagma ?

En ce qui concerne Syndagma, il faut prendre en compte que la ville d’Athènes et plus généralement la région de l’Attique offre l’avantage de courtes distances, celui-ci ne se trouvant qu’à 10km du Pirée. Le métro en fait un point de rencontres d’affaires et ses infrastructures hôtelières un lieu idéal pour des conférences qui sont ainsi facilement accessibles. Les entreprises, quant à elles, ne sont pas toutes situées en plein centre, préférant souvent des locaux professionnels plus spacieux dans la périphérie d’Athènes. Le développement de quartiers réhabilités comme celui de Gazi qui a donné vie à une usine de gaz datant de 1854, la création du nouveau centre de conférences de la Fondation Stavros Niarchos imaginé par Renzo Piano avec un investissement de 860 millions de dollars en 2017, donnent une image du potentiel de la ville en tant que destination culturelle, touristique et innovante. Athènes a d’ailleurs été nommée cette année Capitale de l’innovation.

Comment décririez-vous l’atmosphère autour de Syndagma : s’agit-il d’un quartier exclusivement dédié à la banque et aux affaires, ou y a-t-il une vie après le business ?

Stéphane Perchenet – Syndagma accueille majoritairement des centres commerciaux, grands magasins, rues commerçantes, hôtels, restaurants, cafés. Les musées et sites archéologiques sont accessibles à pied et les anciens quartiers d’Athènes très pittoresques, Anafiotika et Plaka, sont adjacents. La culture méditerranéenne est très présente et les Grecs apprécient beaucoup la vie à l’extérieur. La ville est donc très animée à tout moment de la journée comme de la nuit. Des petites tavernes typiques où l’on déguste des « spécialités de grand-mère » aux restaurants raffinés de gastronomie méditerranéenne, les voyageurs d’affaires pourront y trouver du goût pour un after-work. Ce sont souvent des lieux qui accueillent d’ailleurs des rencontres d’affaires car la culture grecque se porte à allier les affaires et le plaisir pour consolider les partenariats.

Quels sont les atouts d’Athènes en tant que destination business ?

Stéphane Perchenet – La Grèce est un pays riche en culture, avec ses sites archéologiques et ses musées situés en plein centre d’Athènes. C’est un pays qui offre un climat doux et ensoleillé permettant d’accueillir des visiteurs tout au long de l’année. C’est un pays qui est renommé pour son hospitalité « philoxenia » qui malgré la conjoncture de ces dernières années n’a pas été altérée. Ces facteurs, en parallèle du développement des infrastructures de transport et hôteliers de qualité, en font une destination idéale pour du tourisme d’affaires qui cherche à allier l’optimisation de l’environnement de travail pour un échange professionnel réussi et l’éveil intellectuel et sensoriel.

Athènes : crise et redressement