La Suisse en « situation extraordinaire » selon le Conseil Fédéral

En Suisse, le gouvernement a franchi un cap supplémentaire lundi soir dans sa lutte contre la pandémie du coronavirus en déclarant le pays en "situation extraordinaire", appellation officielle pour designer le dernier stade prévu par la loi sur les épidémies.

La Suisse a été placée en "situation extraordinaire" par le Conseil Fédéral (Photo Ludovic Maisant)

Le nouveau stade de « situation extraordinaire » déclaré en début de semaine en Suisse signifie que le Conseil Fédéral peut ordonner seul, sans consulter les cantons, des mesures pour tout ou partie de la Suisse. Alors que la Suisse frôle désormais les 3000 cas de coronavirus, de nouvelles mesures ont été adoptées après une première série de décisions adoptées vendredi dernier. Les manifestations publiques ou privées sont bannies, tandis que la fermeture de tous les magasins non-indispensables, marchés, restaurants, bars et établissements de loisirs devient effective. Restent ouverts les magasins d’alimentation, les services de petite restauration à emporter et de livraison de repas, les pharmacies, les stations-service, les gares, les transports publics, les banques, les offices de poste, les hôtels, les administrations publiques et les services sociaux.
Surtout, un contrôle est désormais introduit à toutes les frontières du pays. Seules les personnes de nationalité suisse, celles ayant un permis de séjour dans la confédération ou celles qui doivent voyager pour des raisons professionnelles sont autorisées.

De son côté, Lyria a dû adapter son offre entre la France et la Suisse. Le 18 mars, 30% des trains circulent. La fréquence est réduite à partir de jeudi à 1 aller-retour par jour sur les lignes Paris-Bâle et Paris-Genève.