La transformation de la gare du Nord de nouveau sur de bons rails

Après des mois d'âpres discussions, la Ville de Paris, la SNCF et les autres parties prenantes du projet de transformation de la gare du Nord sont arrivés à un accord.
Gare-du-Nord-toit-vegetal
Toit végétalisé prévu dans le projet de transformation de la gare du Nord ©SNCF Gares&Connexions - Ceetrus - Valode & Pistre Architectes

Le projet de modernisation de la gare du Nord, présenté à l’été 2018, avait depuis subi plusieurs vagues de protestations. Pétition de riverains, tribune d’architectes et urbanistes – Jean Nouvel, Dominique Perrault et Roland Castro entre autres – contre la dominante commerciale de ce projet porté par la SNCF et Ceetrus, une filiale du groupe Auchan, appel de la Ville de Paris à revoir la copie : la transformation de la plus grande gare d’Europe, qui avait obtenu un permis de construire en juillet dernier, a fait l’objet d’une âpre bataille. Mais celle-ci semble toucher à sa fin.

Au terme d’un dialogue annoncé comme « approfondi et constructif« , la Ville de Paris, SNCF, SNCF Gares & Connexions et la SA Gare du Nord 2024 se sont accordées sur un protocole actant le soutien de la Ville au projet de rénovation de ce hub ferroviaire clé.

Si le chantier a pris du retard et que son achèvement attendu pour les Jeux olympiques de 2024 est encore hypothétique, la reconfiguration des espaces voyageurs et des flux sera déjà sensible à cet horizon. « Pour les JO de 2024, la gare ne sera pas entièrement terminée, mais les grandes fonctionnalités seront déjà là », a déclaré le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, cité par le quotidien Les Echos.

Le planning de travaux a été organisé autour de trois étapes, à commencer par l’amélioration, d’ici à 2022, des circulations entre la gare de surface et la gare souterraine pour les voyageurs du quotidien. Dans ce cadre, alors que les usagers des TER s’étaient élevés contre des temps de parcours potentiellement rallongés, SNCF Gares & Connexions a renoncé à la séparation des flux départs et arrivées. Par ailleurs de nouvelles circulations verticales seront créées pour faciliter les correspondances.

Côté grandes lignes, la reconfiguration du terminal Transmanche devrait être achevée en septembre 2023, à temps pour pouvoir accueillir les supporters britanniques attenus lors de la coupe du monde de rugby. Enfin, la livraison des nouveaux espaces du terminal des départs, distinct de la zone des arrivées, est prévue pour juin 2024.

L’évolution du projet joue aussi sur le renforcement de l’intermodalité avec la création de 3 000 places de parkings vélos sécurisés, de 200 places pour les deux roues motorisés et d’espaces de reprises pour les taxis et VTC en souterrain, de manière à rendre le parvis de la gare aux mobilités douces.

Principal grief contre le projet, sa dimension commerciale va être rabotée. Le projet de la future gare sera amputé de son cinquième étage, conduisant à une réduction de 7 500m 2 des surfaces dédiées aux commerces et aux services. Par ailleurs, une plus grande ouverture sur le quartier, autre demande majeure des riverains et de la mairie de Paris, se traduira par des espaces en toiture accessibles au public et végétalisés.