Les tickets de bus et de métro en voie de dématérialisation

Des start-ups veulent dématérialiser les titres de transport afin de simplifier la vie des utilisateurs. Ces jeunes pousses se sont réunies au salon Transports Publics 2018 qui s’est tenu du 12 au 14 juin à la Porte de Versailles.

Transport public Wizway
Le titre de transport dématérialisé sera expérimenté par la RATP dès l'automne 2018 © Wizway

Simplifier la vie des utilisateurs à l’aide de nouvelles technologies : c’est l’objectif que se sont fixés les participants du salon Transports Publics 2018, en accordant une attention particulière à la dématérialisation des titres de transport. Qu’il s’agisse de rectangles cartonnés ou en plastique, les traditionnels « pass » semblent voués à disparaître. Pourtant, alors que le passage de l’analogique au digital est une réalité dans de nombreux pays, la France est à la traîne.

Pour rattraper ce retard, des jeunes pousses innovent et commencent à intégrer leurs technologies dans les réseaux de mobilité français. MyBus par exemple et son M-Ticket permettent aux usagers de remplacer les titres physiques par des QR Codes. Pour valider, il suffit que le passager prenne une photo du code affiché dans un bus avec l’application dédiée. Ce système présente l’avantage de simplifier le processus à moindre coût pour le transporteur. L’expérience voyageur n’en est que plus fluide, à la fois pour gérer plus facilement son abonnement et la validation. MyBus a déjà été déployé sur cinq réseaux de transports français comme celui de Bayonne ou d’Arcachon. Il s’installera également à Clermont-Ferrand, Arles et Vichy.

L’application TixiPass a choisi une approche différente. En effet, elle dispose d’une fonctionnalité qui repère les réseaux disponibles autour de l’utilisateur du smartphone et lui permet ensuite d’acheter un ticket virtuel pour l’un de ces moyens de transport. TixiPass se concentre surtout dans les villes de taille moyenne, à l’instar d’Ajaccio, La Rochelle, ou Troyes, et d’un pôle bien connu de la clientèle affaires : Sophia-Antipolis. Les responsables de TixiPass comptent s’implanter dans une dizaine de villes supplémentaires d’ici la fin de l’année.

Mais le projet qui affiche les garanties les plus solides a pour nom Wizway, notamment en raison des acteurs impliqués : cette coentreprise d’Orange, Gemalto, SNCF et de la RATP, mise sur la NFC (Near Field Communication). Cette technologie – utilisée également pour le paiement sans contact – permet à deux machines d’échanger des données lorsqu’elles se rapprochent. « Wizway propose un module (API) qui s’intègre dans les applications des réseaux de transport. Quand l’utilisateur achète un titre, il se télécharge sur le smartphone ou sur la carte SIM et lorsque le passager valide son titre avec son smartphone, la machine les scanne », explique Nicole Louvat, directrice du développement chez Wizway. Lors du salon Viva Technology, la SNCF, la RATP et la région Île-de-France avaient annoncé une phase de test dès cet automne, avec un lancement du service commercial ouvert à tous pour l’été 2019. La solution a également séduit la Compagnie des Transports Strasbourgeois et doit être intégrée à Lille dans le cadre d’un nouveau partenariat.