Trenitalia vient rouler sur les plates-bandes de la SNCF

Ni la Deutsche Bahn, ni Virgin Trains, ni Poweo, ni Air France allié à Veolia Transport n’ont finalement déposé de demandes de créneaux auprès de Réseau Ferré de France (RFF) pour faire circuler en 2010 des TGV dans l’Hexagone dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du transport international de voyageurs, programmée le 13 décembre prochain.

La crise économique a semble-t-il refroidi certaines ardeurs… Seule,Trenitalia, qui a en outre l’avantage de posséder une flotte de trains à grande vitesse, a osé se lancer dans l’aventure en requérant quatre sillons auprès de RFF. Les chemins de fer italiens projetteraient ainsi d’exploiter une desserte Paris-Lyon- Milan dans chaque sens matin et soir. Reste à obtenir les autorisations techniques, en matière de sécurité notamment, et juridiques de la part des autorités françaises. Un feu vert que ne doute pas d’obtenir le ministre italien des Transports, Altero Matteoli, qui appuie la demande de Trenitalia et assure que “le principe de réciprocité entre les deux pays serait ainsi pleinement réalisé au regard de la libéralisation du transport ferroviaire déjà effective en Italie”.

Car la démarche de Trenitalia apparaît aussi comme une réponse à la SNCF qui est devenue fin 2008 le partenaire industriel de Nuevo Trasporto Viaggiatori. Fort de ce partenariat, NTV entend faire rouler des TGV baptisés Italo dès 2011 sur plusieurs lignes italiennes comme Turin-Milan- Rome, Rome-Bari, Rome-Naples, Rome- Florence-Bologne-Venise, etc. La bataille du rail ne fait que commencer.