Lagos, mégacité chaotique et conquérante

Rencontre avec Moses Umoru, directeur général de la Chambre de commerce France-Nigeria

Moses Umoru décrit les relations entre la France et le Nigeria et le climat des affaires à Lagos.

Moses Umoru

Si vous voulez réussir, venez vendre à Lagos

Comment décririez-vous la relation entre la France et le Nigeria ?

Moses Umoru – C’est une relation à la fois étonnante et très forte. Le Nigeria est le neuvième partenaire commercial de la France et son premier partenaire en Afrique subsaharienne. En 2017, le commerce entre les deux pays était d’environ 3,6 milliards de dollars et s’est élevé en 2018 à 4,4 milliards, un record malgré la récession. C’est une relation qui se développe et s’améliore de jour en jour. Le pétrole brut représente plus de 65% de nos exportations vers la France et la France nous approvisionne en retour en produits raffinés, pharmaceutiques, en électronique ainsi qu’en agroalimentaire. A la suite de la visite du président Macron en juillet 2018, il y a eu un intérêt accru de la part des investisseurs français, de nombreuses entreprises se préparant à la prospection dans des secteurs différents, y compris l’agriculture. Les relations ne sont pas uniquement ciblées sur les secteurs industriels ou de services, mais aussi sur la mode, le marché culturel. Je pense que cette année est stratégique pour cette relation, avec le lancement de la nouvelle Alliance française. Nous espérons que ce sera une plaque tournante pour les échanges entre la culture française et la culture nigériane.

Qu’est ce qui intéresse les entreprises françaises dans le pays et quels obstacles rencontrent-elles ?

M. U. – Les entreprises françaises s’intéressent particulièrement au secteur pétrolier et gazier. Nous avons également constaté des investissements dans les énergies propres et voyons aussi un intérêt accru pour l’agriculture. L’année dernière, près de 12 sociétés françaises se sont mises sur les rangs pour fournir une solution technologique permettant d’améliorer les rendements agricoles et pour nouer des partenariats avec des acteurs du secteur agroalimentaire. Le Nigeria ne représente pas un défi particulier pour les investisseurs français, mais pour tous les investisseurs. Le pays est passé de la 187e à 145e place dans le classement « Ease of Doing Business » de la Banque mondiale. Mais il reste des points à améliorer concernant la facilité de faire des affaires, de créer une entreprise, d’obtenir les permis nécessaires, d’obtenir des permis relatifs à la création d’une entreprise, enregistrer, documenter des documents juridiques, etc. Même se procurer une infrastructure de base comme un terrain a toujours été et demeure compliqué. Et obtenir un visa à l’arrivée pour un touriste comme pour un homme d’affaires reste difficile. Le comité pour la facilité des affaires, PEBEC, s’efforce de changer cette situation pour améliorer l’accès des étrangers à l’environnement des affaires au Nigéria. Le cadre réglementaire a déjà été considérablement amélioré dans des domaines comme la réglementation des entreprises en matière de paiement des impôts, d’obtention de permis et de résolution des problèmes de solvabilité.

Comment se positionne Lagos dans cet environnement des affaires ?

Je pense que Lagos est le plus grand marché de toute l’Afrique en termes d’acheteurs et de produits. Au Nigeria, nous disons que si vous voulez réussir, venez vendre à Lagos. C’est presque un slogan. Lagos est le principal centre économique en Afrique et la cinquième économie de tout le continent. Nous avons plus de 2000 entreprises manufacturières à Lagos. Nous avons 200 institutions financières. Le principal port de mer nigérian est basé à Lagos. La population constitue également un atout lorsque vous regardez ce grand marché. Vous pouvez vraiment sélectionner le marché de Lagos en fonction des tranches de revenus : vous pouvez cibler la partie la plus aisée de la population, mais il existe également un nombre d’acheteurs médians. L’infrastructure routière reste un défi, mais Lagos est en train de devenir une destination touristique pour les étrangers. Sa façade littorale, par exemple, est un lieu fantastique.

Lagos, mégacité chaotique et conquérante