« Un énorme potentiel pour les entreprises » : Elise Khetty, Helma International

Elisa Khetty est la directrice du bureau Helma International en Inde. Entreprise française spécialisée dans la mobilité internationale.
Elisa Khetty

Comment décririez-vous Bangalore ?

Elisa Khetty – C’est avant tout une ville nouvelle. Bangalore était vue il n’y a pas si longtemps comme une destination pour retraités, avec ses parcs, ses lacs et surtout son climat bien plus agréable que celui des autres grandes métro – poles indiennes. Puis il y a eu le boom IT dans les années 90 : en dix ans la population de la ville a explosé, à la fois avec l’afflux de nombreux expatriés, mais aussi de gens venus de toute l’Inde. Cependant, l’on y ressent moins la pression démographique – les millions d’habitants – qu’à Bombay ou New Delhi.

Comment la ville a-t-elle digéré cette croissance rapide ?

E. K. – Le problème de Bangalore réside dans le temps de transport. Ici, il ne faut pas calculer en termes de distance : un même trajet peut demander deux fois plus de temps en heure de pointe qu’en période normale et atteindre 1h30 ou plus. Il faut s’habituer à la ville et à ses contraintes, comme partout. Le gouvernement fait des efforts pour désengorger la ville, notamment avec la construction du métro, mais cela demandera du temps.

Bangalore reste-t-elle aussi attractive pour les professionnels ?

E. K. – C’est un fait, comme l’Inde en général, la ville va sûrement finir par saturer et il faut faire progresser les infrastructures. Mais Bangalore garde un énorme potentiel pour les entreprises. Effectivement des villes satellites, dites “tier 2” ou “tier 3”, commencent à profiter de nouvelles opportunités notamment à Pune, Hyderabad ou Mysore. Mais je n’ai pas encore constaté de déclin dans la demande des entreprises à Bangalore.