Véhicules autonomes : un public curieux mais frileux

Cetelem a publié une nouvelle partie de son Observatoire de l’Automobile 2018 portant sur les véhicules autonomes. Les sondés sont curieux, mais ne veulent pas dépenser plus pour cette technologie.

Les véhicules autonomes arriveront bientôt sur le marché
Le minivan Pacifica de Chrysler qui remplace la Firefly pour les expériences de Waymo sur les véhicules autonomes (c) Waymo

Les automobilistes veulent lâcher le volant. C’est ce que Cetelem a découvert dans une enquête portant sur les véhicules autonomes, dévoilée le 4 janvier à l’occasion du CES, le rendez-vous mondial de l’électronique organisé du 9 au 12 janvier. Ce sondage fait partie de l’Observatoire Cetelem de l’Automobile 2018, révélant les tendances du marché. Il a été auprès de 10 600 propriétaires d’automobiles répartis sur 15 pays.

Les véhicules autonomes sont populaires parmi les automobilistes
Les automobilistes sont prêts à utiliser des véhicules autonomes (c) Cetelem

55 % des sondés se disent intéressés par l’utilisation d’une voiture autonome. Sans surprise, les moins de 30 ans ont démontré un engouement supérieur à leurs congénères plus âgés. Si les personnes interrogées restent mitigées quant à l’utilisation de ces voitures, une majorité d’entre eux (72%) est persuadée qu’elles arriveront d’ici 10 ans. Les Allemands semblent plus sceptiques que les autres pays interrogés avec un ratio à 49 %. Lorsque les sondeurs ont demandé le nombre d’années avant lesquelles ils pensent utiliser une voiture autonome, la moyenne mondiale s’élève à 7 ans.

Les automobilistes plus frileux vis-à-vis de Google et Apple

Malgré cet engouement, la proportion d’individus prêts à payer plus cher pour obtenir cette technologie représente une proportion bien moindre avec 35 % de réponses positives. Cetelem a également posé la question du fournisseur de voiture. Plusieurs acteurs se sont déjà placés sur ce marché avec des objectifs de lancement de modèles allant de 2018 pour Google à 2022 pour Renault et Nissan. Globalement, seuls 48 % des propriétaires de voitures achèteraient des véhicules autonomes chez Google et Apple. Malgré une arrivée sur le marché s’approchant à grands pas, les sondés intéressés par de tels achats ont diminué : ils étaient 55 % en 2016.

Les véhicules autonomes seront déployés par différentes entreprises dans les dix années à venir
Un grand nombre d’entreprises veulent déployer des véhicules autonomes (c) Cetelem

La France avec 33 % et l’Allemagne avec 32 % sont en queue de liste. Ce recul vis-à-vis d’Apple et de Google peut s’expliquer par un lien de confiance avec les constructeurs nationaux. Les États-Unis ont par contre répondu de manière plus surprenante : seulement 39 % pour le pays qui développe cette technologie. Les automobilistes sont très intéressés par cette technologie mais restent globalement frileux quand il s’agit d’acheter ou de payer plus cher. Cela peut d’expliquer par une forme de prudence que les acheteurs ont lorsqu’il s’agit d’investir de grosses sommes.