Vingt-cinq bougies pour la fidélisation

Nous sommes en 1981 et American Airlines lance officiellement un programme de primes destiné à récompenser ses passagers les plus fidèles alors que la déréglementation aérienne de 1978 fait ses premiers ravages dans le ciel américain… Le programme offrait alors un surclassement gratuit pour 11000 miles parcourus, des réductions tarifaires de 25 % à 75 % selon le nombre de miles cumulés, et un aller-retour gratuit en première classe pour 50000 miles. Les conditions étaient très strictes : les miles accumulés n’étaient valables qu’un an et non transmissibles. Ainsi, un voyage en première classe donnait droit à un bonus de seulement 25 %. AAdvantage, lancé le 1er mai 1981, est suivi quelques jours plus tard par les FFP de United Airlines, TWA puis Braniff, Delta Airlines et Eastern Airlines. En octobre de la même année, American lance le premier relevé mensuel de points et intègre Hertz et Hyatt comme partenaires. En 1982, British Airways devient le premier partenaire aérien d’American. En 1985, Diners Club est la première carte de crédit à se lier à un programme de fidélisation.

En 1990, Air Canada lance la possibilité d’acheter des miles pour compléter une prime. En 1991, le programme de fidélisation de la chaîne hôtelière Westin permet pour la première fois de convertir des points en miles aériens.

Enfin, c’est au début des années 90 que sont lancés l’un après l’autre les programmes de fidélisation des grandes compagnies européennes. Austrian Airlines est la première compagnie à abandonner son propre programme de fidélisation pour adopter Miles and More de Lufthansa.

Au début de 2006, on recense dans le monde plus de 180 millions de membres, dont 27 % à 28 % voyagent et gagnent une moyenne de 11364 miles par an. Au total, on estime que ces membres de FFP cumulent quelque 10000 milliards de miles non utilisés. Un FFP connaît une croissance moyenne de ses adhérents de 11 % par an. Et l’on estime encore que 54 % des miles gagnés le sont hors de l’aérien – si l’on exclut les divers bonus et autres promotions.

Source : magazine “Inside Flyer”