Visas : les voyageurs d’affaires français privilégiés

Le passeport français compte parmi les plus acceptés à l'international, permettant le plus souvent aux voyageurs d'affaires de se déplacer sans visa. C'est le bilan tiré par une étude Kayak, alors que le Canada et le Qatar ont récemment revu leur cadre réglementaire.
DR
Le passeport français permet le plus souvent d'éviter la demande de visa selon Kayak

Les voyageurs d’affaires français sont des privilégiés : leur passeport leur ouvre les portes de la plupart des destinations business, selon une étude publiée récemment par Kayak.fr. Le spécialiste des recherches de voyage en ligne a rassemblé des données sur quelque 200 pays, pour en tirer le constat suivant : « les voyageurs français ont la chance de disposer d’un des passeports les plus avantageux au monde en termes de mobilité : en effet, il se classe au 3ème rang mondial, ex-aequo avec l’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni et la Finlande, selon l’indice des restrictions de visas Henley & Partners 2016« . La Suède et l’Allemagne dominent ce classement des passeports les plus reconnus à l’international.

L’infographie Kayak s’est penchée, région par région, sur les différents cas de figures auxquels sont soumis les voyageurs d’affaires durant leurs déplacements professionnels. Il apparaît que l’Afrique est la destination la plus problématique en termes de formalités. En effet, la majorité des pays du continent africain requièrent un visa, qui doit en outre être obtenu à l’avance. Plus complexe, la destination est aussi plus onéreuse. L’Afrique rassemblerait en effet les visas les plus chers pour les détenteurs d’un passeport français. Et Kayak de citer l’exemple des visas pour la Mauritanie (120 euros), le Cameroun (115 euros) ou encore la Guinée Equatoriale (110 euros).

DR Kayak
L’Afrique est la région nécessitant le plus grand nombre de visas, et les plus onéreux selon Kayak

A l’inverse, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine et l’Europe seraient les régions les plus accessibles aux voyageurs d’affaires français. Outre Atlantique, seuls deux pays nécessitent un visa, à savoir Cuba et le Suriname. En Europe seules la Russie et la Biélorussie imposent une telle démarche.

« Avoir une bonne connaissance des procédures administratives d’entrée dans chaque pays peut permettre aux voyageurs de mieux choisir leur destination et leur itinéraire en fonction de leur budget et de leurs dates de départ » souligne John-Lee Saez, Directeur Régional Kayak pour la France, l’Espagne et l’Autriche.

Néanmoins, cet état des lieux n’est pas gravé dans le marbre, bien au contraire. Kayak précise d’ailleurs que « Les prix et les procédures sont sujets à modification en fonction des décisions politiques de chaque état ». En effet, des évolutions notables ont ainsi été constatées récemment au Canada, où une autorisation de voyage électronique (AVE) est demandée depuis cet été. Précisons toutefois que le gouvernement vient de prolonger jusqu’au 9 novembre 2016 la « période de clémence », laissant un sursis supplémentaire aux voyageurs d’affaires français. La procédure a également évolué au Qatar, qui offre désormais plus de souplesse. Les autorités locales viennent d’étendre la durée du visa de transit gratuit, qui passe de 48 à 96 heures. Une bonne nouvelle pour les voyageurs d’affaires qui souhaitent profiter d’une escale à Doha pour quelques heures supplémentaires de bleisure.