Des voyageuses d’affaires confiantes dans les nouvelles technologies

La journée de la Femme a donné l’occasion au groupe HRS de publier le 7 mars une enquête sur le rapport entre les voyageuses d’affaires et la technologie.

DR
La dernière étude HRS se penche sur le rapport entre voyageuses d'affaires et nouvelles technologies

Les acteurs du voyage célèbrent la journée de la femme, chacun à sa manière. Des compagnies aériennes comme Emirates ou Air India ont choisi d’effectuer des vols dont l’équipage était exclusivement féminin. Pour sa part, HRS a voulu savoir comment les voyageuses professionnelles interagissent avec la technologie. L’enquête menée auprès de 690 femmes nous renseigne notamment sur l’utilisation du smartphone au sein de la gente féminine.

Sans grande surprise, à l’instar de leurs collègues masculins, les femmes utilisent couramment des applications pendant leurs déplacements professionnels. Dans la plupart des cas (69 %), elles préparent leur voyage à l’aide de trois « apps » au maximum, ce qui pourrait s’expliquer par la redondance de certaines fonctionnalités. Une fois arrivées à destination, le catalogue des applications utilisées s’étoffe légèrement, un quart des voyageuses ayant recours à plus de trois services mobiles. Cet écart est probablement dû aux besoins des voyageurs : une application de change monétaire est dénuée d’utilité dans le pays d’origine, et revêt par contre un caractère essentiel à l’étranger.

La commodité avant la sécurité

Une femme sur deux (49 %), souhaiterait avant tout utiliser son smartphone pour accélérer l’enregistrement et le check out à l’hôtel : une fonctionnalité qui dépasse l’offre de e-conciergerie (44 %), et ce que HRS décrit comme « la sécurité » au travers d’un « système de contrôle optimal ».

Quant à l’intelligence artificielle, au cœur de toutes les attentions, les voyageuses d’affaires semblent maîtriser leur sujet et, et se montrent optimistes. En effet, une large majorité des sondées (61,67 %) sont capables de définir l’IA, et 58 % d’entre elles « estiment que ça va révolutionner la manière de voyager et profondément améliorer l’expérience voyageuse ». Pour autant, les voyageuses n’opposent pas la technologie et l’humain : 65% des voyageuses considèrent qu’au lieu de nous isoler, les nouvelles technologies permettent de fluidifier les échanges avec autrui, tout en facilitant le voyage.

Les auteurs de l’enquête n’ont pas hésité à s’essayer à la science-fiction, partageant avec les sondées le « rêve » d’un « déplacement professionnel parfait ». Les voyageuses d’affaires n’envisagent visiblement pas le futur sans déplacement professionnel : les substituts tels que l’hologramme (11,67 %) ou les lunettes de réalité augmentée (11,67 %) n’ont pas reçu les faveurs de l’échantillon. Les femmes leurs préfèrent assez largement l’organisation sous-traitée à un assistant virtuel intelligent (55 %), voire – dans une optique plus futuriste – un déplacement instantané réalisé grâce à la téléportation (27 %).