VTC 100% féminin : Kolett fait déjà débat

Avant même son lancement prévu le 12 septembre en région parisienne, l’application Kolett fait débat sur les réseaux sociaux. La raison : elle sera uniquement réservée aux femmes. 

Kolett
Le service de VTC Kolett débute à Paris le 12 septembre

Kolett, la nouvelle plateforme de VTC dont le lancement est prévu pour le 12 septembre, fait déjà parler d’elle. Cette application proposera un service exclusivement féminin : seules les passagères seront les bienvenues, pour prendre place à l’arrière de véhicules qui seront tous conduits par des « chauffeures ». Pour les utilisatrices, il sera possible de faire appel à ce service de VTC pour voyager dans Paris et en Île-de-France avec une femme au volant. D’après les premiers éléments communiqués par les responsables de Kolett, les tarifs seront similaires à ceux pratiqués par Uber, mais la commission prélevée par l’application ne sera que de 15 %, contre 25 % pour le géant américain du VTC.

Ouvrir le marché aux conductrices et rassurer les utilisatrices

Ce nouveau service de VTC a été créé avec un double objectif. Le premier, celui de favoriser l’accès des femmes au secteur du VTC. En effet, comme le constate la cofondatrice de l’application, Valérie Furcajg, interrogée par Le Parisien : « 95 % des chauffeurs VTC sont des hommes. Il n’y a aucune raison qu’un tel déséquilibre perdure dans ce métier, qui peut aussi bien être exercé par des femmes ». Selon son site Internet, garantir « un voyage en toute sécurité » aux femmes est le deuxième objectif de Kolett. Ces dernières seraient plus rassurées et confiantes avec une femme au volant. Justement, l’application « Femme au volant » avait déjà été lancée quelques mois auparavant, n’employant que des conductrices. Cependant, tous les utilisateurs pouvaient réserver leur VTC, quel que soit leur sexe. Avec Kolett, les hommes ne pourront pas utiliser ce service, sauf s’ils sont accompagnés par une femme.

Une exclusivité qui fait débat

Alors que le principe de l’entreprise semble déjà intéresser déjà de nombreuses clientes potentielles, d’autres s’offusquent de l’exclusivité du service proposé. La page Facebook de Kolett recense par exemple des commentaires comme celui-ci : « Féministe engagée je ne peux pas cautionner ce fonctionnement. Recruter des femmes pour rééquilibrer la balance pourquoi pas. Mais pourquoi refuser un homme seul en passager ? C’est totalement contre-productif ». Les responsables de la plateforme ne manquent pas de rappeler en retour que de nombreuses autres alternatives existent pour les hommes : « Nous trouverions étonnant qu’un homme souhaite absolument commander un VTC partenaire Kolett alors que tant d’autres alternatives s’offrent à lui. Ce serait même suspect, qu’en pensez-vous ? », interroge une porte-parole de Kolett. Ainsi, malgré la volonté de rassurer les voyageuses par l’instauration d’une relation de bienveillance avec leur conductrice, le principe de l’application interroge sur la nécessité de séparer hommes et femmes pour garantir un voyage en toute sécurité.