Golf et business : une affaires de passion

Golf et business : une affaires de passion

Networking, incentive… Les greens favorisent les échanges comme les affaires. Surtout lorsqu’ils se teintent d’exotisme et de prestige en sortant des frontières de l’Hexagone !

Le massif de l’Atlas en toile de fond, un parcours piqueté de palmiers, du soleil même en hiver : à Marrakech, le golf du Fairmont Royal Palm combine tous les éléments clés pour des évasions golfiques et corporate.
Le massif de l’Atlas en toile de fond, un parcours piqueté de palmiers, du soleil même en hiver : à Marrakech, le golf du Fairmont Royal Palm combine tous les éléments clés pour des évasions golfiques et corporate.

Golf et networking… Une belle histoire de complicité qui a débuté à la moitié du XVIIIe siècle dans les premiers clubs écossais, en particulier ceux d’Édimbourg et Saint Andrews, émanations ludiques des premières loges maçonniques. Réservés aux hommes – exclusivement aux hommes –, ces clubs rassemblant noblesse et haute bourgeoisie étaient propices aux échanges. Aujourd’hui, même si le golf s’est démocratisé tout en devenant mixte, il n’en conserve pas moins un certain standing, touchant en priorité les chefs d’entreprise et les cadres de plus de 40 ans.

L’esprit réseautage est quant à lui toujours présent. “On se vouvoie au trou numéro 1 et on se tutoie au 18”, affirme Thomas Cabrières, gérant de BCM Sports, agence qui organise des séjours golf incentive pour les entreprises, à destination de leurs clients et prospects. “Le green est un terrain exceptionnel pour échanger de façon informelle”, ajoute-t-il. Les participants partageant les mêmes intérêts, des liens se nouent. Passer près de quatre heures en pleine nature, qui plus est dans un cadre magnifique, favorise les discussions et permet de casser les barrières. “C’est une expérience gratifiante à tous points de vue”, relève Christine Lauredi, directrice des opérations du tour opérateur Greens du Monde.

Ces éléments font que les grands groupes n’hésitent pas à communiquer à travers ce sport et organisent leurs propres tournois, privatisant un parcours pour y convier clients et partenaires. Attention toutefois, le golf reste encore et toujours un sport de gentlemen. Pas question de parler business pendant le jeu, ce serait manquer de savoir-vivre, et donc très mal perçu. Les affaires se traitent en dehors du green. Autre formule prisée par les entreprises, celle des Pro-Am, avec la présence d’un joueur professionnel dans une équipe de trois amateurs. “Ces tournois peuvent être organisés conjointement par plusieurs entreprises, associations ou cercles”, éclaire Laurent Boissonnas, directeur général de la chaîne Open Golf Club.

Pour tous les passionnés, l’Écosse est un passage obligé. Un retour aux sources qui conduit les plus chanceux à Saint Andrews ou au Trump Turnberry
Pour tous les passionnés, l’Écosse est un passage obligé. Un retour aux sources qui conduit les plus chanceux à Saint Andrews ou au Trump Turnberry

Esprit corporate

Malgré tout, le golf n’est pas exclusivement réservé aux sociétés du CAC 40 et touche aussi les PME-PMI. “L’objectif est de sortir un collaborateur de son environnement habituel, de le dépayser tout en lui procurant un moment de détente, par exemple en le conviant à un séjour au soleil avec, en prime, une activité golf”, précise Jean-Louis Suty, président de l’agence événementielle Promogolf. Bien sûr, la France ne manque pas de beaux parcours, à commencer par celui du golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines qui a accueilli la prestigieuse Ryder Cup.

De même, nombreux sont les resorts à associer hôtellerie haut de gamme, espaces de réunions et grande nature, que ce soit le bien nommé Hôtel du Golf du groupe Barrière à Deauville et les verts bocages de Normandie, l’Evian Resort avec les Alpes en toile de fond ou le bleu de la Méditerranée dialoguant avec les greens du Dolce Frégate, entre Marseille et Toulon. Mais, lorsqu’il s’agit de récompenser leurs collaborateurs ou de séduire leurs clients, les entreprises ont bien souvent la tentation d’aller plus loin.

On l’oublie presque, mais La France offre aussi de très beaux resorts golfs, à l’image du Dolce Fregate
On l’oublie presque, mais La France offre aussi de très beaux resorts golfs, à l’image du Dolce Fregate

Généralement, quand il s’agit d’un séminaire, la destination doit être à moins de quatre heures de la France. Raison qui explique le succès du Maroc, du  Portugal et de l’Espagne. Surtout de l’Espagne d’ailleurs, qui est la destination européenne golfique par excellence avec ses 399 golfs, dont certains célèbres comme le très select Real Club Valderrama et le Club Golf de La Reserva, tous deux en Andalousie, ou le PGA Catalunya Resort. Situé entre Gérone et Barcelone, en Catalogne, à une vingtaine de minutes des plages de la Costa Brava, ce luxueux complexe hôtelier abrite deux parcours de 18 trous : le Tour, destiné aux joueurs de tous niveaux, et le Stadium Course, régulièrement classé parmi les dix meilleurs golfs d’Europe et dessiné par Neil Coles, star de la Ryder Cup dans les années 1960-1970, et par l’ancien champion espagnol Angel Gallardo.

Quant à l’hôtel le Camiral, membre du club huppé des Leading Hotels of the World, ce cinq étoiles est à quelques mètres des tees de départ des deux parcours. Conçu par Lazaro Rosa-Violan et parfaitement adapté aux groupes, il dispose de 145 chambres de différentes catégories, mais aussi de huit salles de réunions modulables, la plus grande pouvant accueillir 450 personnes en style théâtre. Parallèlement au golf, l’hôtel présente un panel d’activités pour les sportifs : circuits pédestres et à vélo, cours de plongée, de tennis et de paddle, excursions de pêche en mer, survol en montgolfière, parachutisme… Bref, de quoi occuper les non-golfeurs !

Dans la région de Cadix, près de Jerez de la Frontera, le fleuron du groupe Barcelo, le Montecastillo Golf & Sport Resort, offre également un séjour d’exception aux groupes incentive. Au cœur de la nature, à deux pas d’un château du XIXe siècle métamorphosé pour recevoir divers événements MICE, le luxueux complexe possède 124 chambres, 38 villas, un centre de conférence et tout ce qu’il faut d’activités sportives ou détente avec un spa, des courts de tennis et des terrains de football, un espace multisports et le premier bootcamp civil – un camp d’entraînement façon marines – en Europe. Son golf 18 trous, conçu par Jack Nicklaus, probablement le plus beau palmarès de l’histoire du golf, a reçu des compétitions prestigieuses, dont le Volvo Masters et la finale du Peugeot Tour. De plus, il a sa propre Caddy Academy !

Le classement du golf, son emplacement, mais aussi la qualité de son hébergement et les activités annexes, par exemple le spa et la piscine, sont des critères qui entrent en compte lors du choix final d’une destination”, confirme Florence Routoulp, directrice de Sop Events. Cette agence reçoit deux types de demande de la part des dirigeants passionnés de golf. Car une entreprise ne choisit pas le golf par hasard : elle est généralement influencée en interne par un joueur. Il y a donc celles qui recherchent plutôt une opération de très courte durée et de proximité, et qui optent alors pour la France ; il y a celles qui souhaitent des voyages golfiques thématiques auxquels elles pourront convier un petit groupe d’une dizaine de personnes, généralement des clients ou prospects.

Dans ce dernier cas, la renommée golfique de la destination est primordiale. “Parmi
les incontournables, le Royaume-Uni et l’Irlande”, évoque Charles-Henri Bachelier, PDG de Versicolor Partners, organisateur du salon Le Mondial du Golf. Le Old Course de Saint Andrews, en Écosse, fait notamment partie des parcours mythiques. C’est un peu la Mecque du golf, les joueurs rêvant tous d’en fouler les greens au moins une fois dans leur vie. Mais, comme le fait remarquer Florence Routoulp, il est très difficile d’y jouer : “Il faut réserver des années à l’avance, avoir une licence et un handicap minimum – 24 pour les hommes et 36 pour les femmes – et, en plus, avoir la chance d’être tiré au sort !” Avec Saint Andrews, le golf Trump Turnberry, sur la côte ouest de l’Écosse, fait aussi partie de ces possibilités prestigieuses. L’hôtel qui porte le nom de son investisseur, le président américain Donald Trump, est dessiné sur un promontoire donnant sur le Firth of Clyde, l’île d’Arran et le Mull of Kintyre. À ses pieds, le célèbre parcours Ailsa où les plus grands se sont affrontés lors des opens britanniques de 1977, 1986, 1994 et 2009.

Ici le PGA Catalunya près de Barcelone, là le Barcelo Montecastillo en Andalousie : l’Espagne est ponctuée de vastes resorts dont l’activité tourne tout autour de la petite balle blanche.
Ici le PGA Catalunya près de Barcelone, là le Barcelo Montecastillo en Andalousie : l’Espagne est ponctuée de vastes resorts dont l’activité tourne tout autour de la petite balle blanche.

Planète golf

En fonction du motif du voyage golfique, Jean-Louis Suty choisit les destinations. “Pour un séminaire de travail où le golf est accessoire, nous penchons plutôt pour l’Espagne, le Maroc ou le Portugal. Dans le cas où les participants sont conviés pour un week-end ou un court séjour, le choix se porte en priorité sur un golf de prestige”, précise le président de Promogolf. D’autres éléments entrent de plus en plus en ligne de compte, à commencer par la proximité géographique. Désormais, les entreprises optent plus facilement pour des pays proches et réputés sûrs comme l’Italie, l’Espagne et le Portugal, pays qui “devient de plus en plus tendance, en particulier l’Algarve”, selon Charles-Henri Bachelier. Place montante confirmée par Philippe Soleillant, directeur de l’agence PSO Communication, qui organise notamment le Word Corporate Golf Challenge.

À quelques kilomètres de Faro, surplombant l’océan, le Club Med Da Balaia, labellisé quatre tridents, a été rénové en 2016 afin de coller au plus près de cette demande. Parmi ses nouveautés, une conciergerie golf, la première du groupe, avec un G.O. qui assure la réservation des transferts et la gestion du matériel. Autre création du Da Balaia : le salon des golfeurs, zone réservée aux joueurs afin qu’ils puissent se détendre après un parcours. Le village invite les groupes à swinger sur son golf de 9 trous ou sur l’un des 20 parcours avoisinants. D’autre part, c’est le premier resort Club Med à proposer un nouveau concept “Meeting & Events” avec quatre salles de séminaires équipées d’un mur de travail – avec écran digital interactif doté d’un système de présentation clickshare – et d’un mur énergie où des en-cas, des friandises et des bouteilles d’eau sont à disposition.

Aux portes de la France, l’Allemagne est aussi une destination intéressante. Elle recense 737 golfs parmi lesquels des parcours renommés comme le Golf Club Baden-Baden ou encore l’Hamburger Golf Club Falkenstein. Balançant entre tradition et luxe, ce 18 trous proche de Hambourg, qui a accueilli la première édition du championnat d’Allemagne en 1960, est toujours réputé comme le meilleur du pays. Parmi les contrées proches, l’Islande joue la carte de l’originalité. À trois heures et demie de Paris, ce pays mouchoir de poche invite les golfeurs à jouer à minuit au milieu d’un champ de lave avec, comme panorama, une frange de glaciers majestueux. Le pays compte 15 parcours de 18 trous et 46 de 9 trous, soit deux fois plus par habitant qu’en Écosse ! D’ailleurs, le golf est le deuxième sport le plus populaire du pays. Chaque mois de juin, à Akureyri, se déroule le seul tournoi au monde commençant à minuit et se terminant à cinq heures du matin – l’Arctic Open Epreuve –, qui attire des golfeurs du monde entier venus s’affronter sous le soleil de minuit ! Expérience inoubliable que peuvent parfaitement vivre les groupes incentives.

En revanche, pour des petits groupes VIP, les destinations soleil, exotiques et lointaines, restent toujours très prisées. Si les Seychelles reçoivent de nombreux Pro-Am, l’île Maurice demeure la coqueluche des Français. Les hôtels sont tous adaptés pour recevoir la clientèle affaires, notamment le Paradis Beachcomber Golf Resort & Spa. Adossé à la montagne du Morne, au cœur d’une péninsule de 150 hectares léchée par les eaux turquoise du lagon, il propose un parcours spectaculaire de 18 trous avec vue imprenable sur la mer et la montagne. L’aire de départ est à seulement 20 mètres du club-house. Le golf du Paradis possède même sa propre académie avec des installations d’entraînement. Toute l’expertise MICE du groupe hôtelier Beachcomber est déployée dans ce luxueux établissement : équipe dédiée, accès privilégié à quatre autres parcours de golf, salle de conférence d’une capacité de 180 personnes, espaces de réception et soirées thématiques sur mesure…

Au Club Med Da Balaia, les greens se dessinent entre les falaises rouges de l’Algarve et le bleu de l’océan. © Club Med
Au Club Med Da Balaia, les greens se dessinent entre les falaises rouges de l’Algarve et le bleu de l’océan. © Club Med
Le golf s’accorde avec des paysages enchanteurs, par exemple à Maurice où la silhouette du Morne Brabant domine les fairways du Paradis Beachcomber.
Le golf s’accorde avec des paysages enchanteurs, par exemple à Maurice où la silhouette du Morne Brabant domine les fairways du Paradis Beachcomber.

Gratte-ciel au bout des greens

D’autres destinations apparaissent aussi sur la scène golfique. Christine Lauredi, de Greens du Monde, remarque que Dubaï charme de nombreux groupes. Au cœur du désert, la ville possède d’impressionnants greens, tous aussi beaux les uns que les autres. Dubaï s’est forgé une solide réputation dans le milieu du golf en organisant chaque année le tournoi Oméga Dubai Desert Classic. Parmi les prestigieux golfs de l’Émirat, The Address Montgomerie, au sein d’un complexe hôtelier comptant un 18 trous conçu par le champion écossais Colin Montgomerie. Le parcours fait plus de 107 hectares, dont 20 hectares de lacs artificiels, 37 hectares de jardins et 81 grands bunkers. À l’extérieur de la ville, au cœur d’une oasis aussi calme que verdoyante et piquée de plans d’eau, le Ja Jebel Ali Golf Resort est tout aussi surprenant. Ce 9 trous permet, avec différentes configurations, d’effectuer un parcours complet de 18 trous. Des joueurs célèbres comme Tiger Woods, Severiano Ballesteros ou encore Colin Montgomerie s’y sont affrontés. Bon à savoir : la période la plus propice pour jouer au golf à Dubaï se situe entre octobre et mars.

De leur côté, les destinations golfiques du Maghreb font aussi leur retour, selon Charles-Henri Bachelier : “L’Égypte revient en force, la Tunisie investit de nouveau sur ce marché, mais le Maroc demeure le leader incontesté”. à Marrakech, les groupes MICE représentent 25 % du chiffre d’affaires de l’hôtel Fairmont Royal Palm. Beaucoup viennent pour son 18 trous jalonné d’obstacles d’eau et de bunkers sauvages. Il fait partie des plus beaux golfs du Maroc avec un parcours bordé de bougainvilliers, de lauriers roses et d’hibiscus. Parmi les équipements, une académie du golf, un practice doté d’un “digital coaching studio” avec capteur vidéo, détecteur de trajectoire et analyseur de swing, mais aussi deux putting greens et un chipping green. Des cours d’initiation ou de perfectionnement peuvent ainsi être dispensés. Disposant de 134 chambres, suites et villas, le Fairmont Royal Palm Marrakech peut aussi organiser des compétitions personnalisées pour une entreprise. Il dispose en outre de huit espaces de réunion pouvant accueillir jusqu’à 500 personnes avec, côté détente, un vaste spa, un centre de sport avec une piscine semi-olympique et six restaurants.

Avec la skyline de Dubai en point de mire, The Address Montgomerie symbolise un sport qui s’acclimate partout, parle toutes les langues et se prête facilement aux échanges corporate.
Avec la skyline de Dubai en point de mire, The Address Montgomerie symbolise un sport qui s’acclimate partout, parle toutes les langues et se prête facilement aux échanges corporate.

Une quasi-obligation au Japon

Pour les sociétés souhaitant offrir à un petit groupe de privilégiés un séjour exceptionnel, le pays du Soleil Levant est une destination idéale. En effet, au Japon, le golf est largement utilisé par les entreprises comme levier corporate. Il n’est pas rare que certaines d’entre elles paient les cotisations de leurs cadres afin qu’ils fassent des affaires et ramènent des clients. Le premier parcours fût créé à Kobe en 1903 pour le plaisir des expatriés anglais, mais l’engouement pour ce sport est réellement apparu en 1957 suite à la victoire de deux Japonais à la Canada Cup, le championnat du monde par équipe. Aujourd’hui, c’est le sport le plus pratiqué avec près de 20  millions de joueurs. Le golf est tellement intégré au monde des affaires que, si un salarié japonais est invité à jouer au golf et n’y va pas, il peut être renvoyé ! Dans d’autres pays, dont la France, s’évader ainsi du bureau serait plutôt mal vu… Or, comme le disait le journaliste sportif Grantland Rice, “on connaît mieux une personne après un parcours 18 trous qu’après 18 ans passés dans le même bureau.

Golf et business : une affaires de passion