Tendance : l’hôtellerie en mode coworking

Rencontre avec Jérémie Trigano, PDG de Mama Shelter

Mama Shelter a lancé sa marque de coworking Mama Works. Son PDG dévoile ses ambitions pour cette nouvelle déclinaison de son enseigne trendy.

Jeremie-Trigano-pdg-mama-Shelter

Comment vous êtes-vous lancé dans le coworking ?
J. T. – Mama Works est né de la rencontre avec Keys Properties, l’investisseur du Mama qui ouvrira en octobre 2018 à Toulouse. Ils voulaient se lancer dans le coworking, soit en franchise, soit en créant leur marque, soit en s’associant avec quelqu’un qui apporte une valeur ajoutée. C’est ainsi que nous nous sommes associés à un projet existant à Lyon. Eux s’occupent de la partie technique, et nous, à travers le design, le mobilier, nous créons des lieux élégants, cosy, fun et décalés.

L’esprit Mama est-il là aussi présent ?
J. T. – Tout à fait. Vous y retrouvez le côté sympa des équipes des Mama Shelter. Habitués au service en salle, ils mettent une même énergie à régler les soucis du quotidien des professionnels. Le tout avec bonne humeur, en créant des liens naturels, pas du tout formatés, avec les clients. Les Mama Works proposent aussi un bar avec de bons cafés, de bons jus, des boutiques comme dans les Mama, mais axées sur la bureautique. Pour le côté fun, ils comportent aussi une salle de musique et une salle de sport avec douche. Bref, ce sont des labos du bonheur qui aident à être plus productifs. Comme dans l’hôtellerie, nous pratiquons des prix abordables avec trois offres : Mama Mobile pour les voyageurs itinérants, Mama Desk garantissant un bureau attitré dans un open space et Mama Office, c’est à dire des bureaux fermés de deux à dix personnes.

Comment voyez-vous l’avenir ?
J. T. – Ce n’est pas une mode éphémère. Alors que nous sommes en “soft opening” à Lyon, l’établissement est déjà occupé à 40 % Et celui attendu à Bordeaux en décembre prochain est rempli à 60 % ! Lille est aussi prévu début 2018. Nous visons les grandes villes de France et d’Europe, avec des Mama Works qui peuvent être en “stand alone” ou dans un hôtel comme ce sera le cas à Luxembourg.

Tendance : l’hôtellerie en mode coworking