Le trafic des aéroports de Paris poursuit sa convalescence

Le trafic aérien à Paris poursuit bien sa lente remontée comme le témoignent les derniers chiffres sur l'évolution du nombre de passagers. En août et en septembre, les deux plates-formes parisiennes d'Orly et Roissy-CDG ont accueilli un nombre total de passagers supérieur à 50% à ce qu'il était pour les mêmes mois de 2019.
L'aéroport d'Orly a connu enregistré une croissance passagers de 19% entre janvier et septembre 2021 comparé à 2020. (Photo: LC)
L'aéroport d'Orly a connu enregistré une croissance passagers de 19% entre janvier et septembre 2021 comparé à 2020. (Photo: LC)

C’est plus qu’un symbole. Ces mois d’août et de septembre, le transport aérien sur les deux aéroports parisiens a enfin dépassé le cap des 50% en volume passagers comparé à la dernière année « normale » de trafic, c’est à dire 2019. Les plates-formes parisiennes reviennent de loin. En mars, le volume de trafic traité par rapport à 2019 n’était que de 15,4%. En juin, il languissait à 28,8% des chiffres enregistrés pour le même mois de 2019. Pour le moment, c’est août qui a enregistré la meilleure performance avec 55,7% du trafic de 2019. Tandis que septembre atteignait 50,1%.

Dans le détail, un chiffre très positif est la remontée du taux de remplissage moyen des avions. En septembre, il a atteint 74,5%, soit une croissance de 17,5 points. Depuis le début de l’année, ce taux moyen est de 67,2%.

Un tiers du trafic passagers de 2019 à fin septembre

Sur les neuf premiers mois de l’année, le trafic est toujours en recul par rapport aux chiffres de 2020. Mais il faut se rappeler que les mois de janvier et février 2020 étaient encore des mois normaux côté trafic. Orly et Roissy ont donc accueilli 26,31 millions de passagers de janvier à septembre, un recul de 5,5 % par rapport à 2020. Sur une année glissante -octobre 2020 à septembre 2021-, la baisse est encore de 40,7%. Pour mémoire, les deux aéroports avaient à fin septembre 2019 déjà accueilli 82,69 millions de passagers.

« Le trafic reprend mais on ne s’attend pas à retrouver nos volumes pré-Covid avant 2024 au plus tôt, 2027 au plus tard« , explique un porte-parole d’Aéroports de Paris. Ce qui explique que l’opérateur aéroportuaire continue d’accueillir toutes les compagnies aériennes uniquement à CDG 2, les terminaux 1 et 3 restant fermés jusqu’à nouvel ordre. De son côté, les aérogares d’Orly sont totalement opérationnelles comme avant la crise – à l’exception d’une jetée d’Orly 1, toujours fermée. La plate-forme du sud parisien a accueilli 10,18 millions de passagers entre janvier et septembre, une hausse de 19% par rapport à 2019. Une performance due au fort volume de lignes domestiques et intra-européennes. 

Ce sont d’ailleurs ces deux segments géographiques qui assurent pour le moment l’essentiel du volume de trafic. Le trafic domestique français représentait 19,6% du volume total de passagers en septembre. Et même 21,7% de tous les passagers sur les neuf premiers mois de l’année. L’Europe affichait pour sa part un taux respectif de 47,7% et 41,6%.

L’intercontinental ne représente que 32,7% de tout le trafic passagers en septembre 2021 et 36,7% de tout le trafic de janvier à septembre.

La fermeture de CDG 1 n’handicape pas la transformation de l’aérogare, dont les travaux s’achèveront à l’été 2022 (Photo-montage : ADP)

Une reprise qui se confirme avec le retour du trafic sur l’Atlantique Nord

Force est de constater que le trafic vers l’Asie et l’Amérique Latine reste anémique, représentant respectivement 1,6% et 2,2% du total passagers sur les neuf premiers mois. Mais la réouverture des Etats-Unis, qui suit celle du Canada en septembre devrait se traduire par une forte reprise du trafic aérien sur l’Atlantique Nord dans les tout prochains mois. L’opérateur reste en revanche prudent sur les perspectives de croissance passagers vers l’Asie et l’Amérique Latine. La réouverture des frontières est en effet plus lente même si des pays comme l’Argentine, le Brésil et le Chili en Amérique Latine, la Thaïlande et Singapour en Asie ont annoncé autoriser de nouveau les touristes étrangers.

La reprise des lignes intercontinentales permettrait de faire remonter également le nombre de passagers en correspondance. Il s’élevait à 9,23 millions de passagers sur les neuf premiers mois de 2019. Il flirtait avec les 2,96 millions de passagers à fin septembre.

Répartition du trafic sur les aéroports de Paris CDG et Orly

Parts de marché en volume passagers par segment géographique septembre 2021 janvier-septembre 2021 janvier-septembre 2019
France Métropolitaine 19,60% 21,70% 14,80%
Europe 47,70% 41,60% 44,00%
Afrique 13,00% 14,00% 11,20%
Amérique du Nord 8,20% 7,00% 11,00%
Amérique Latine 1,90% 2,20% 3,10%
Moyen-Orient 1,30% 4,40% 5,10%
Asie Pacifique 1,30% 1,60% 6,40%
DROM COM 4,40% 7,50% 4,30%

(Source :  Aéroports de Paris)