Etude Booking.com : le voyage d’affaires comme argument de recrutement

Une étude réalisée par Booking.com Business dans 24 pays confirme l’importance des déplacements professionnels dans le choix de carrière des plus jeunes salariés.
Booking.com
Booking.com Business a interrogé 17 000 salariés dans 24 pays

Le salaire ne fait pas tout pour recruter les nouveaux talents : la génération Y accorde beaucoup d’importance à leur mobilité professionnelle. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude publiée le 13 novembre par Booking.com Business. La déclinaison affaires du géant de la réservation hôtelière a sondé plus de 17 000 professionnels dans 24 pays, évoluant dans une vingtaine de secteurs d’activité. D’après cette étude, près d’un jeune salarié sur deux (46 %) issu de la génération Y « mettrait tout en œuvre pour obtenir un emploi offrant plus d’opportunités de voyages ». 37 % des sondés ont même choisi leur poste actuel pour cette raison selon Booking.com Business.

Selon cette même étude, 38 % des personnes interrogées déclarent qu’elles postuleraient plus activement à un nouvel emploi s’il était synonyme de voyages d’affaires plus fréquents. Ce chiffre atteint 48 % chez les architectes et designers et 43 % chez les consultants en gestion.

« Le fait de pouvoir voyager grâce à son travail est un atout indéniable pour de nombreuses personnes, et encore plus pour la génération Y », témoigne Ripsy Bandourian, Directrice Senior du Développement Produit pour Booking.com Business. « Les voyageurs d’affaires veulent profiter au maximum du temps passé sur place, aussi bien sur un plan professionnel que personnel. Chez Booking.com Business, nous savons que les motivations et préférences des travailleurs en termes d’hébergements et d’habitudes de voyage peuvent être très différentes d’une profession à l’autre. C’est pour cela que nous leur proposons un très grand choix d’établissements uniques » assure Ripsy Bandourian.

L’étude de Booking.com Business confirme en partie les enseignements d’un sondage publié au début du mois d’octobre par American Express. Dans une enquête réalisée avec YouGov, on apprenait alors que 76% des voyageurs d’affaires tiraient de la fierté de leurs déplacements. Dans une proportion équivalente (72%), les professionnels français considèrent donc l’opportunité de se déplacer régulièrement pour leur travail comme un critère de choix pour rejoindre une entreprise.

Bleisure : quelles réalités ?

L’étude Booking.com Business fait également un point sur les pratiques bleisure des voyageurs : logique, étant donné le positionnement de la plateforme de réservation, trait d’union entre les univers loisirs et pro. Partant du constat – somme toute discutable – que « le concept de bleisure fait l’unanimité », Booking pointe « des différences selon les secteurs d’activité ». 69 % des professionnels prolongeraient donc leur séjour quelques heures ou jours pour profiter de la ville, et 73 % bloquent du temps libre pour des activités de loisirs pendant leurs déplacements professionnels. La plupart du temps, les professionnels jouent les prolongations pour 24h supplémentaires (41%), tandis que 29 % d’entre elles passent entre 2 et 3 jours de plus et 24 % seulement quelques heures.

Parmi les métiers les plus enclins à pratiquer le bleisure, Booking.com évoque les professionnels du bâtiment et du génie civil (26 %), des médias et de la communication (26 %), des associations caritatives et ONG (25 %) et du droit (25 %). L’étude précise : « les personnes travaillant pour les services sociaux (22 %), les forces armées (22 %) et dans le secteur agricole (21 %) préfèrent quant à elles dormir ou se reposer pendant leur temps libre ».

 

 

Booking.com
L’étude Booking.com décrypte le bleisure