Intercontinental rend l’Hôtel-Dieu à Marseille

Le groupe IHG a célébré le 25 avril l’inauguration de l’Intercontinental Marseille - Hôtel Dieu, en présence de nombreux responsables politiques et économiques, en plus d’un parterre de journalistes internationaux. Un évènement majeur pour le géant hôtelier, mais aussi et surtout pour la ville qui entend ainsi franchir un cap en tant que destination touristique et économique de premier plan. Le tout dans un cadre hors du commun, et un timing judicieux : l’année 2013 fait de la cité phocéenne la capitale européenne de la culture.

Photos Florian Guillemin

Il est de ces inaugurations qui marquent l’histoire d’un groupe, d’une marque, et surtout d’une ville. A n’en pas douter, celle de l’hôtel Intercontinental Marseille – Hôtel Dieu fera date. Devant plusieurs centaines de journalistes internationaux, et des principaux représentants politiques et économiques locaux, le Président du Conseil d’administration du groupe IHG n’a d’ailleurs pas hésité à qualifier le nouvel arrivant de « joyau de la couronne IHG ». Tout un symbole, pour un établissement qui cristallise à la fois l’histoire de la ville et son renouveau. En cette année 2013 si particulière pour Marseille, consacrée capitale européenne de la culture, l’hôtel Intercontinental jouit d’une position stratégique, à quelques pas du Vieux Port, en contrebas du Panier – ce quartier si caractéristique de Marseille, qui profite également de cette renaissance – offrant une vue imprenable sur Notre Dame de la Garde. Il profite surtout d’un cadre incomparable, au sein d’une enceinte emblématique.

De l’hôpital Saint-Esprit créé en 1188 à la fermeture du centre d’enseignement en 2006, en passant par l’inauguration du « nouvel Hôtel-Dieu » par Napoléon III en 1866, le monument a accompagné l’histoire de Marseille, et porte encore les traces de ses réaménagements successifs. Un héritage symbolisé d’ailleurs par la cérémonie de « remise des clés » remplacée pour l’occasion par celle d’un fragment de mosaïque antique découvert lors des fouilles préventives, et que les responsables du projet – IHG donc, mais aussi Axa Real Estate et Altarea Cogedim, respectivement investisseur et promoteur – ont su préserver, valoriser, et associer à une décoration moderne. Déjà mis à l’honneur quelques semaines auparavant à l’occasion de l’inauguration du nouveau Radisson Blu Hôtel Nantes, autre monument historique tombé dans le giron de l’hôtellerie d’affaires, le designer Jean-Philippe Nuel a su en effet mettre en scène un décor épuré. D’emblée, le moderne sublime l’ancien, à l’image de cette verrière surplombant le lobby qui attire l’œil du voyageur vers la façade historique du bâtiment. Profitant d’un cadre unique, la décoration mise sur la simplicité, marquée par des tons ardoise et blanc cassé, en harmonie avec l’identité phocéenne et la minéralité de la ville. Une palette de couleurs qui renvoie notamment à la Major, la cathédrale « pyjama » chère aux Marseillais.

Depuis le 26 avril, date d’ouverture officielle de l’hôtel, le peuple phocéen et les voyageurs d’affaires internationaux peuvent donc découvrir – ou redécouvrir – un lieu atypique, abritant aujourd’hui 172 chambres, dont 72 avec vue sur le Vieux Port et la « Bonne Mère », et 22 suites. L’établissement, qui doit contribuer à faire de Marseille une destination de congrès, appuie également son offre sur un centre de conférences de 1000 m², en plus des dix salles de réunions modulables. Plus qu’un hôtel, l’Intercontinental Hôtel Dieu entend donc bien devenir un nouveau lieu de vie incontournable. Pour ce faire, il pourra  compter à partir du 3 septembre prochain sur l’ouverture de l’Alcyone, restaurant gastronomique dirigé par le chef étoilé Lionel Levy. Une table qui s’apprête sans nul doute à accueillir nombre de déjeûners d’affaires, aussi bien grâce à la gastronomie provençale proposée par la carte qu’à la vaste terrasse (1000 m²) surplombant le Vieux Port. Autant d’atouts décisifs pour le nouveau palace phocéen, qui rejoint la liste des nouveaux aménagements développés à Marseille dans les domaines touristiques, culturels et « business ».

(DR Eric Cuvillier)

(DR Eric Cuvillier)