L’art et la manière des nouveaux hubs

Les plus beaux aéroports du monde ? Tout est question de subjectivité… Doit-on se focaliser sur l’architecture, sur l’atmosphère ou sur les services ? Probablement un peu de tout cela.

Chicago (DR)

Pendant des décennies, l’aéroport modèle se devait d’offrir une grande efficacité au sol, avec un enregistrement et des contrôles de sécurité fluides, en plus d’un vaste choix de boutiques. Il y a 25 ans, Amsterdam, Singapour ou Zurich servaient de référence en la matière. En revanche, côté plastique, rien d’ébouriffant… Depuis, une vraie notion d’esthétisme s’est ajoutée aux canons en vigueur, transformant les aérogares en cathédrales baignées par la lumière de leurs vastes baies ; nouvelle génération représentée par Hong Kong et Kuala Lumpur en Asie, le terminal United Airlines à Chicago ou l’aérogare internationale de San Francisco,  le terminal 5 à Londres Heathrow, l’aérogare 4 de Madrid Barajas ou encore l’aéroport d’Oslo Gardermoen.

L'aéroport d'Oslo (DR)

Quels sont aujourd’hui les hubs qui allient de manière idéale confort et beauté ? En Asie, Singapour s’impose certainement comme le meilleur dans le genre avec ses jardins, ses piscines. Et Hong Kong et Séoul sont eux aussi incontournables par leur profusion de boutiques, de services et d’espaces de détente. Mais les deux aérogares de Kuala Lumpur – dont le nouveau KLIA2 réservé au low cost -, celle de Bangkok ou encore de Nagoya Centrair au Japon s’affirment également et peuvent rivaliser pour leur confort. 

Dans les pays du Golfe, le nouvel aéroport Hamad International de Doha éclipse depuis peu celui de Dubai, qui certes reste un très bel aéroport, mais beaucoup plus difficile à appréhender par les passagers en raison de son gigantisme. Compact et luxueux, d’une extrême efficacité, le hub qatari est devenu une vraie référence.

L'aéroport de Doha (DR)

En Europe, la nouvelle génération d’aéroports a permis de créer des plates-formes élégantes et resserrées, mais qui sont également plébiscitées pour leur atmosphère comme Vienne Schwechat avec ses cafés viennois qui évoquent si bien la métropole autrichienne. Copenhague, Helsinki ou Oslo allient de leur côté la chaleur chère aux Nordiques à une efficacité parfaite. Dans ces aérogares, le plus pur design scandinave s’accommode à merveille du flot ininterrompu de passagers.  

A Paris-CDG, la référence a pour nom le terminal E, notamment la jetée S4. Dernière construction pour le hub Air France, cette jetée allie élégance et rationalité en offrant un large choix de boutiques très parisiennes. Sans oublier un espace musée, des murs végétaux et même un petit jardin extérieur ouvert aux fumeurs. Un véritable concentré d’art de vivre à la Française.

CULTURE

L’art prend l’air

Les aérogares se veulent des lieux de vie et l’art fait désormais partie de leur quotidien. Celles d’Australie ont été parmi les premières à intégrer cette idée, en mettant notamment en valeur l’art aborigène. Mais la tendance est planétaire. Aux États-Unis, l’une des plus belles collections se trouve à Seattle, faisant même l’objet d’un catalogue. En Asie, les passagers sont salués à Bangkok par des statues géantes, Singapour expose des sculptures cinétiques, et à Bombay c’est un véritable musée comptant une centaine d’œuvres de la collection privée du PDG de la plate-forme. L’Europe s’inscrit bien sûr dans ce mouvement. Athènes expose des découvertes archéologiques, Copenhague dissémine des œuvres çà et là, tandis qu’Amsterdam et Paris CDG ont leurs propres musées.  

Mumbai (DR)