MOB Hotel, nouveau concept communautaire et design

Ouvert depuis le 9 mars non loin du marché aux puces parisien, le MOB Hotel s'inscrit dans l'air du temps avec son esprit communautaire, son design épuré et ses chambres allant à l'essentiel.

MOB-StOuen-restaurant
Ouvert à Saint Ouen, le MOB Hotel offre un cadre chaleureux dans une ambiance cultivée.

Un lieu de vie tout autant qu’un hôtel. Le MOB Hotel, qui vient d’ouvrir à St Ouen, à quelques pas du marché aux puces, tranche radicalement avec le commun des hôtels milieu de gamme. Produits bio venus de coopératives agricoles, jardins partagés mis à disposition du voisinage, pop-up stores où des créateurs indépendants viennent faire découvrir leurs réalisations, espace de coworking baptisé Kolkhozita, en référence à l’esprit communautaire qui sous-tend ce concept hôtelier : « l’hôtel reflète ce qui se passe dans le monde », décrit Cyril Aouizerate, son fondateur.

« On est à la croisée des chemins. L’hôtellerie industrielle n’a plus d’avenir. On ne peut pas penser à distribuer des dividendes et en même temps à ses clients », estime Cyril Aouizerate. Lui qui fut en son temps un partenaire des premiers Mama Shelter voit dans ce nouveau projet comme une mission, celle d’offrir un accueil inspiré de la « tradition méditerranéenne », joyeux, festif et plein de vie.

MOB-StOuen-bibliotheque
Une bibliothèque agrémentée des grands classiques de la littérature française.

Tout est d’ailleurs fait pour favoriser les rencontres entre visiteurs d’un soir et clientèle locale. A commencer par le bannissement de la sacro-sainte télévision dans la chambre, les résidents pouvant compenser cette absence en utilisant leurs outils nomades grâce au WiFi – garanti « de compétition » par l’hôtel – ou en louant une tablette ou un rétroprojecteur à la réception. Surtout, aux beaux jours, les voyageurs cinéphiles peuvent profiter du cinéma en plein air installé dans la cour de l’hôtel, grand écran où seront présentés des cycles thématisés, autour du Japon en juin par exemple.

Car c’est aussi un esprit cultivé qui se dégage de cet établissement pensé par l’ancien professeur de philosophie que fut Cyril Aouizerate. Une bibliothèque accueillant tous les grands classiques de la littérature française, des coussins décorés d’une photo d’Emmanuel Levinas – « mon maître à penser », souligne le fondateur – , des rideaux revisitant de façon iconoclaste les Noces de Cana de Véronèse : les clins d’œil se multiplient, même jusqu’aux toilettes où des enceintes diffusent des cours donnés à la Sorbonne par Vladimir Jankelevitch. Ce parti-pris sera régulièrement renouvelé par des événements culturels et musicaux conçus par la directrice artistique Aline Afanoukoé.

On en oublierait presque le MOB est aussi un hôtel, avec des chambres – 92 au total et proposées à partir de 89 euros – et un restaurant. De 100 places à l’intérieur et autant dans la cour au beau jour, celui-ci propose une carte à prix abordables composée essentiellement de salades, de mezzés et de pizzas cuites dans le four qui sert aussi à faire les pains servis au petit-déjeuner.

Conçu par Kristian Gavoille en compagnie du fondateur, le design du lieu est simple et chaleureux, de même que celui des chambres, à dominante de jaune, bleu, rose ou orange. Avec une surface allant de 13 à 17m2 – et 35m2 pour les quatre suites –, prolongées par une terrasse plus d’un tiers, elles vont à l’essentiel avec une literie de grande qualité, la tête de lit évoquant le rideau rouge des théâtres.

MOB-StOuen-chambre
Des chambres allant à l’essentiel, à partir de 89 euros.

Sur le petit bureau, les clients venant de loin trouvent un téléphone mis à leur disposition pendant la durée du séjour leur permettant de passer des appels à l’étranger en illimité et de se balader dans Paris en profitant d’une connexion 4G. Autre élément pratique de l’hôtel pour les voyageurs d’affaires : son salon AirMOB, où les clients arrivant tôt le matin ou repartant tard le soir peuvent venir poser leurs valises, prendre une douche et recharger leurs tablettes en attendant que la chambre soit prête ou que le taxi vienne les chercher pour les conduire à l’aéroport. Côté réunions, le MOB propose en outre quatre salles de séminaires.

Après cette première, d’autres MOB verront le jour. Le deuxième du nom ouvrira ses portes en mai prochain à Lyon, à côté du musée des Confluences, avant que le concept ne traverse l’Atlantique. MOB avec des inaugurations attendues en 2018 à Pittsburgh, en 2019 à Washington et en 2020 à Los Angeles. Le MOB Washington DC Union Market sera notamment designé par Philippe Starck, un des soutiens du concept MOB avec Michel Reybier et Steve Case, le fondateur AOL. Quant au futur plus lointain, Cyril Aouizerate explique qu’il « n’ira pas forcément plus loin. Par contre, je travaille à une fédération d’hôtels ayant en commun un esprit identique au nôtre, la même idée du partage. »