Sécurité, croissance, technologies : Amex annonce la couleur pour 2016

American Express Voyages d’Affaires a présenté mercredi son traditionnel baromètre européen à l’occasion de la 25ème édition de l’EVP, à Paris.

Bill Glenn, Pdg d'American Express GBT, a inauguré ce 25ème EVP

Pour sa deuxième année aux commandes de l’EVP, Guillaume Col, Pdg d’American Express Voyages d’Affaires France, Belgique et Pays-Bas avait le privilège de souffler les 25 bougies de l’événement. Un cap majeur pour la TMC en France, dont le climax habituel – la présentation du baromètre – fut cette fois concurrencé par la présentation des nouveautés technologiques développées par American Express GBT. En amont de la présentation des prévisions chiffrées, Philippe Chérèque, directeur commercial et technologies d’American Express GBT, a levé de voile sur les prochaines innovations qui attenent les voyageurs d’affaires et leurs entreprises dans les mois à venir. Conscient que, depuis les nouveaux moyens débloqués par la Joint Venture – 900 millions de dollars – « American Express promet beaucoup », le « Monsieur technologies » de la TMC prévient : « on va vous montrer que ça change, (…) 2016 marque le début de notre transformation ».

Plusieurs nouveautés majeures sont donc au programme, pour un investissement supérieur à 100 millions de dollars d’ici 2017. A commencer par une nouvelle application mobile, qui devrait être disponible en français au cours du 2ème trimestre, et qui permettra de piloter la réservation, le service et la capture des notes des frais. L’intégration des médias vidéos et sociaux est également prévue. Autre nouveauté : American Express entend prendre un temps d’avance sur le marché, et surtout sur d’éventuelles perturbations du voyage. L’outil Proactive Care permettra ainsi d’informer le voyageur en cas de perturbation à venir, et de prendre les mesures en amont pour en limiter les conséquences. Par exemple, en cas de retard d’un vol empêchant le voyageur d’attraper sa correspondance, l’agence pourra ainsi réserver un autre vol plus tardif. Enfin, la solution Premier insights ciblera quant à elle l’épineuse question du reporting, en fournissant aux entreprises un nouvel outil décisionnel collectant les informations voyages mais aussi cartes. C’est donc promis : l’agence de voyage d’affaires entend bien utiliser sa manne financière pour faire la différence sur le marché, aussi bien au niveau technologique que sur le plan de la qualité de service.

Philippe Chérèque, Directeur Technologie d'American Express GBT, sur la scène de l'EVP 2016

Croissance et sécurité au programme de 2016

 

Et le baromètre dans tout ça ? Un coup d’œil rapide à la précédente édition du sondage montre que les décideurs européens étaient restés prudents quant à leurs prévisions : la croissance des dépenses liées au voyage d’affaires (1,42%) en 2015 est deux fois plus élevée que prévue (0,7%). Exception faite du marché français, qui atteint plus péniblement 0,8%. Cette année, American Express table sur une reprise plus marquée, à hauteur de 2%. A moyen terme, les entreprises confirment d’ailleurs leurs ambitions à l’international, puisque la moitié d’entre elles projettent d’y développer leur activité au cours des trois prochaines années, contre 38% en 2014. Un tiers des sondés envisagerait d’ailleurs d’augmenter leur budget consacré aux déplacements professionnels d’ici trois ans.

Guillaume Col, Pdg d'American Express Voyages d'Affaires (France, Belgique, Pays-Bas)

Ambitieux donc, relativement dispendieux aussi, le marché sera aussi et surtout très attentif à la notion de duty of care. La sécurité du voyageur supplante en effet la maîtrise des coûts en tant que priorité numéro 1 des entreprises européennes, la satisfaction des voyageurs complétant ce triptyque désormais habituel. La sécurité devrait d’ailleurs s’installer durablement en tête des préoccupations de l’entreprise, dans la mesure où le sondage a été réalisé avant les attentats du mois de novembre dernier, à Paris. Pour parvenir à ce subtil équilibre entre sécurité, confort et économies, les entreprises misent avant tout sur l’évaluation en amont de la pertinence et du coût du déplacement, premier levier d’optimisation devant l’anticipation des réservations, et le recours aux outils online. Petite surprise : le durcissement de la politique voyages ne figure plus parmi les mesures citées par le marché, tout comme le recours aux compagnies low-costs. Signe des temps, le recours à des fournisseurs collaboratifs fait quant à lui son apparition dans ce top 15 des leviers d’optimisation. On retiendra enfin – et c’était bien sûr l’un des objectifs de ce 25ème EVP – que l’agence de voyages d’affaires apparaît encore comme un partenaire incontournable aux yeux des entreprises européennes. Optimisation des tarifs, respect de la politique voyages, sécurité, data, mais aussi nouvelles technologies : la TMC devancerait les solutions de paiement, les SBT et les transporteurs en tant qu’acteur le plus légitime sur le marché. Un chiffre d’autant plus significatif que 25% environ des personnes interrogées dans ce baromètre EVP ne sont pas dotées d’agence de voyages.

La TMC conserve un rôle pivot sur le marché du business travel selon le baromètre EVP