Visas : changements pour le voyage d’affaires au Canada

DR Air Canada
Le Canada revoit ses procédures d'entrée sur le territoire

Le Canada s’aligne à son tour sur la pratique des Etats-Unis et de celle de l’Australie. Depuis le 3 août, une autorisation de voyage électronique (AVE) est exigée pour tout voyageur d’un pays qui bénéficiait jusqu’à présent de la dispense de visa. Ce qui inclut les citoyens de l’Union Européenne, dont la France. L’autorisation de voyage électronique n’est cependant pas nécessaire pour les citoyens des Etats-Unis, ni pour tous les voyageurs qui possèdent un visa canadien valide. Sont également exemptés de l’obligation d’AVE les citoyens canadiens ayant la double nationalité, de même que les résidents permanents dans le pays.

Toutefois, une « période de clémence » existe : elle prendra fin le 29 septembre prochain. Pendant ce laps de temps, les autorités acceptent encore sur le territoire canadien tout passager ayant en main les titres de voyage appropriés : par exemple, un passeport valide, un billet d’avion aller-retour ainsi que le fait d’être en bonne santé et d’avoir des moyens financiers suffisants sur place.

La demande d’AVE est très rapide, et s’effectue sur internet. Le processus en ligne est simple et peu coûteux (7 $ CAN, soit environ 5,50 Euros) et ne prend généralement que quelques minutes à remplir. La plupart des demandes d’autorisation de voyage électronique sont traitées en quelques minutes. L’autorisation d’entrée dans le territoire canadien est ensuite valable pour une période de cinq ans. Elle permet généralement d’y séjourner jusqu’à six mois après la date d’arrivée. La mesure a été adoptée l’an dernier afin de permettre au Canada de filtrer et de surveiller tout visiteur désirant se rendre dans le pays.

La mesure est largement calquée sur celle existant pour les Etats-Unis mais la formule canadienne est plus souple et moins chère. Pour les Etats Unis, l’autorisation préalable de voyage est facturée 14 dollars pour un séjour n’excédant pas 90 jours, et elle a une validité limitée à deux ans.

A l’Est aussi, du nouveau : évolution en vue au Cambodge

Le Cambodge a annoncé travailler à la mise en place d’un visa à entrées multiples pour les ressortissants hors de l’ASEAN. Le gouvernement cambodgien pourrait accorder ce type de visa pour une durée s’étalant jusqu’à deux ans, selon des média locaux. Le gouvernement n’a pour l’instant pas précisé quand la mesure pourrait entrer en vigueur, ni quel serait le prix d’un tel visa. Le Vietnam propose déjà un visa multi-entrées à plusieurs niveaux, valables pour deux entrées sur une période de trois ou six mois ou pour plusieurs voyages sur une période d’un an.