Air du temps : le rayonnement de la Ville Lumière

Architectures, start-up, développements en matière de transports, lieux de culture... De la Défense à CDG, du Bourget à la porte de Versailles, de la Fondation Louis Vuitton à la Philharmonie, le Grand Paris se réveille.

De la Défense à CDG, du Bourget à la porte de Versailles, de la Fondation Louis Vuitton à la Philharmonie, le Grand Paris se réveille

Les inconsolables blessures de janvier et de novembre 2015 n’y changeront rien : Paris sera toujours Paris. Intacte et pourtant différente. Ces trois dernières années, de nouveaux emblèmes architecturaux, pour la plupart culturels, se sont imposés dans le paysage urbain : la Fondation Pathé signée Renzo Piano dans le XIIIe arrondissement, la Fondation Louis Vuitton de Frank Gehry au coeur du Bois de Boulogne, la Philharmonie de Jean Nouvel à la frontière de Pantin et, plus récemment, l’organique Canopée des Halles, oeuvre de l’architecte Patrick Berger. De quoi attirer les foules et remplir les 115 000 chambres d’hôtel qu’offre la capitale.

Paris, qui dispute à Londres le rang de première destination mondiale, jouit depuis longtemps d’une place de choix en matière de tourisme d’affaires, ce segment représentant 40 % des nuitées parisiennes. Avec près de 1 000 rassemblements professionnels par an, Paris se classe ainsi parmi les premières villes du monde pour l’accueil de congrès ; troisième du classement de l’International Congress and Convention Association (ICCA) en 2015, derrière Berlin et Vienne, après avoir occupé le premier rang les deux années précédentes. Et cela, sans compter les grands rendez-vous professionnels comme le salon de l’aéronautique du Bourget, le Mondial de l’Automobile ou encore Batimat.

Paris Place Palais RoyalParis La VilletteParis Saussure Pont Cardinet

Paris Rue Martyrs Fuxia
Au parc de la Villette comme à la terrasse des cafés, la vie parisienne a repris ses droits après les attentats de 2015. Une image positive que la ville a voulu enrichir à travers la campagne de promotion touristique “#Paris we love you”. Car, par delà les blessures, Paris reste indéfectiblement, avec ses multiples atouts culturels et économiques, une des destinations phares pour les déplacements et réunions d’affaires.

Plusieurs facteurs contribuent à ce positionnement favorable, en particulier la qualité et la nature des infrastructures. Paris offre en effet la première surface d’exposition en Europe avec un total de 744 000 m2 répartis sur vingt et un sites, du Bourget à Villepinte, de la porte Maillot à celle de Versailles en passant par des lieux plus centraux comme le Palais Brongniart ou le Grand Palais, non dédiés directement à l’événementiel, mais pouvant accueillir tous types de rencontres corporate.

Pour maintenir ce haut niveau de prestations, l’amélioration des infrastructures fait l’objet d’une constante préoccupation. D’autant que l’enjeu est considérable : à lui seul, le secteur des congrès génère 1,2 milliard d’euros annuels pour Paris. Alors, les projets de rénovation ou d’extension s’enchaînent. En 2018, la Porte de Versailles deviendra le “Paris Convention Center”, le plus grand centre de congrès d’Europe avec une capacité d’accueil de 30 000 personnes. Dans le cadre des 23 projets urbains retenus pour “réinventer Paris”, l’aménagement de la Porte Maillot, aux abords du palais des congrès, constitue également un chantier majeur. Deux bâtiments verront le jour en 2022, dont un immeuble-pont enjambant le périphérique, “l’immeuble des 1 000 arbres” conçu par l’architecte japonais Sou Fujimoto. “À plus long terme, on prévoit aussi une extension du Bourget, qui pourrait devenir le centre des médias des JO 2024, puis un centre de congrès par la suite”, explique Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris, chargé des sports et du tourisme.

La candidature de Paris aux JO – en lice avec Los Angeles, Rome et Budapest – semble d’ailleurs s’inscrire dans l’air du temps avec deux principes fondamentaux : la sobriété économique et la volonté d’offrir le meilleur de Paris. Ainsi, les épreuves de tir à l’arc pourraient-elles avoir lieu sur l’esplanade des Invalides, celles d’escrime au Grand Palais et celles de beach-volley sur le Champ de Mars. Peu d’installations nouvelles nécessaires donc, mais celles restant à construire seront pérennes avec une deuxième salle à Bercy, l’aménagement de la Porte de la Chapelle pour réduire la fracture entre Paris et sa banlieue, une piscine et un village olympique reconverti en 3 000 logements à Saint-Denis…

Paris La Defense Bassin Takis

Paris Fondation Louis Vuitton
Créée à l’initiative de Bernard Arnault, la Fondation Vuitton est le nouveau lieu phare d’expression de l’art contemporain à Paris. Cet été, Daniel Buren a dialogué avec le bâtiment conçu par Frank Gehry, recouvrant de filtres colorés les 3 600 verres de sa façade en forme de voiles.
Paris La Defense Le Moretti
De l’art des affaires au grand art : entre ses tours aux lignes verticales, La Défense a installé des oeuvres originales comme les Signaux de Takis et la Cheminée de Raymond Moretti.

PARIS FRENCH TECH

Malgré le climat de tensions politiques et sociales qui pèse actuellement sur la capitale, une certaine effervescence est palpable, favorable au déploiement de nouvelles entreprises. “Paris est une capitale culturelle, économique et politique qui jouit d’un environnement universitaire riche, nécessaire aux affaires”, poursuit l’adjoint d’Anne Hidalgo. La multiplication des start-up offre une preuve de ce dynamisme. Il y a trois ans a ouvert le Welcome City Lab, premier incubateur parisien dédié au tourisme. “Nous accueillons des start-up pour une durée de six à neuf mois afin de connaître les besoins de leurs clients et leur soumettre des idées à tester pour positionner Paris en leader mondial du tourisme urbain”, raconte Laurent Queige, délégué général.

Plus globalement, c’est tout le secteur des nouvelles technologies qui donne un nouveau souffle à l’économie de la capitale française. Si Paris reste encore à distance de San Francisco en nombre de start-up créées, elle se place désormais devant Londres et à quasi-égalité avec New York. Ce dynamisme est largement soutenu par les instances locales. Pour aider les jeunes entreprises à trouver de l’argent privé, Bpifrance et le Fonds Paris Innovation Amorçage donnent volontiers le coup de pouce nécessaire, tandis que, de son côté, la mairie de Paris leur offre la possibilité de rencontrer de grands comptes du CAC 40 au sein du Club Open Innovation. Autre cible, la mondialisation : l’objectif pour 2020 est d’intégrer des start-up internationales à hauteur de 30 % dans les plateformes d’innovation de la ville de Paris comme Paris French Tech Ticket ou Paris Landing Pack, mais aussi d’organiser des jumelages, notamment avec New York, Chicago, Montréal, Tel-Aviv, Amsterdam, Ramallah ou encore Séoul.

Paris Clichy Batignolles MLKing
Le quartier Clichy-Batignolles est au coeur d’un vaste projet urbain associant espaces verts et logements éco-responsables, nouveaux bureaux et futur palais de justice. En attendant le prolongement de la ligne 14 du métro.

ESPRIT BLEISURE À LA DÉFENSE

C’est ce même rayonnement international que vise le quartier de La Défense, où des entreprises venues de pays émergents comme l’Inde ou la Chine commencent lentement à s’implanter. “Dans le dispositif du Grand Paris, La Défense s’impose comme l’un des premiers quartiers d’affaires d’Europe, avec 3,5 millions de m2 de bureaux”, explique Laurent Roques, directeur général adjoint de Defacto, entité en charge de la gestion et de l’animation de La Défense. Mais si l’offre tertiaire continue de se développer, la mission actuelle de Defacto est de donner une vocation mixte au quartier, d’en faire une destination à part entière. Beaucoup de bâtiments comme la tour Eqho, datant de 1988, se mettent aux normes écologiques tout en s’agrémentant de restaurants et de boutiques. Dans le même ordre d’idée, la tour D2, achevée en 2014, a été couronnée à son sommet d’un espace de détente avec des vues splendides sur Paris. D’autres, comme la tour M2, futur siège de Saint-Gobain, ou la tour Trinity, livrables respectivement en 2018 et 2019, auront elles aussi en partie une dimension divertissement. “Alors que la première phase du quartier, entre 1958 et 2000, a été axée sur le tertiaire, la phase actuelle est de lui donner une vocation de vie et de culture”, insiste Laurent Roques.

Cependant, le ratio reste disproportionné : seules 20 000 personnes résident à La Défense, alors que 160 000 y travaillent. Un chiffre qui passera bientôt la barre des 180 000 une fois livrées les tours jumelles Sisters et la tour Hekla de Jean Nouvel. Aussi développe-t-on les projets alléchants : en 2017 ouvrira l’Arena 92, un stade modulable en salle de spectacle signé Christian de Portzamparc, mais aussi, au printemps prochain, un nouveau lieu hybride de 45 000 m2, Oxygen, avec jardins, espaces de coworking et restaurants. Début 2018 sera inauguré le Table Square, un espace gastronomique où fleuriront un bar lounge et de nombreux restaurants, dont l’un pourrait prétendre aux étoiles Michelin.

Paris Fondation JS Pathe
Les starchitectes participent à remodeler Paris. Renzo Piano a édifié une coque de cinq étages pour accueillir la Fondation Pathé. Autre de ses chantiers : le nouveau palais de justice, en cours d’achèvement..
Paris Rue de Madrid
Sans grandir en hauteur comme Londres, Paris se dote néanmoins de nouveaux joyaux architecturaux à côté des immeubles en pierres de taille, emblématiques du temps d’Haussmann.
Paris Halles Canopee
La Canopée dessinée par Patrick Berger coiffe le Forum des Halles depuis avril dernier.

PARIS CDG, VITRINE DE LA FRANCE

Pour atteindre notre objectif de mixité, nous misons aussi sur la connectivité”, conclut Laurent Roques. La Défense ne sera bientôt plus qu’à quelques minutes de la gare Saint-Lazare et de la Porte Maillot grâce à Eole, la ligne E du RER, attendue pour 2020, en attendant la nouvelle ligne 15 du métro, prévue dans le cadre du Grand-Paris-Express et qui mettra le quartier à une demi-heure des aéroports de Roissy et d’Orly en 2025.

Déjà très développée, l’accessibilité reste l’un des premiers atouts de Paris, notamment grâce à Paris CDG, premier aéroport d’Europe continentale en termes de trafic passagers et premier hub européen pour la connectivité. “Il n’existe pas de grande ville capitale qui ne puisse s’appuyer sur un grand aéroport, affirme Franck Goldnadel, directeur de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle. Le groupe ADP est convaincu qu’il doit contribuer au rayonnement de Paris et de la France, car les aéroports sont les portes d’entrée et d’au revoir des touristes étrangers : c’est la première et la dernière image que l’on a d’une ville et d’un pays.

Tout est donc mis en oeuvre pour leur donner le désir de revenir. Plus de trois milliards d’euros vont être investis durant les cinq prochaines années pour améliorer les deux aéroports parisiens. “CDG veut être une vitrine du savoir-faire français avec la présence des grandes marques de luxe et des expositions d’art, notamment dans l’espace musée du nouveau Hall M, au terminal 2, en collaboration avec de grandes institutions comme le musée Rodin”, explique Frank Goldnadel. Si des efforts esthétiques sont déployés à travers l’aéroport, le pratique n’est en rien négligé : CDG est le premier aéroport européen à avoir reçu le label “Chinese friendly” grâce aux efforts en matière de signalétique. En outre, des outils digitaux sont mis en place pour aider les passagers à se sentir accompagnés dans leurs voyages.

Paris Metro Arts Metiers
La problématique des transports en commun est au coeur du projet du Grand Paris.

Reste un point noir tout de même : la liaison aéroport-ville, l’actuel RER, nécessaire au transport des Franciliens, n’étant pas adapté aux passagers aériens. Le groupe ADP soutient donc le projet du CDG Express, qui représente un investissement global de 1,7 milliard d’euros. Mais il faudra attendre encore jusqu’en 2023, peut-être 2025, pour voir les premiers trains partir vers l’aéroport depuis la gare de l’Est… C’est pourquoi d’autres mesures ont été mises en place avec, depuis le printemps dernier, une tarification unique pour les taxis entre CDG et Paris et le lancement en mai de Bus Direct, un service premium entre Paris et les deux aéroports parisiens, en remplacement des cars Air France. Initié en 2012, le projet d’une boucle de la Francilienne qui contournerait l’aéroport par l’Est attend aussi de voir le jour. Car l’autre problème majeur est celui de l’autoroute A1, inapte à supporter la croissance de trafic prévue pour CDG. Or, croissance il y aura. “Il faut remercier ceux qui ont pensé Roissy depuis 1974 avec, en tête, de nombreuses possibilités d’expansion”, explique son directeur.

Si l’aéroport possède déjà quatre pistes et qu’il n’est nul besoin d’en construire une cinquième, la possibilité d’un terminal supplémentaire, le T4, est en revanche envisagée. Actuellement, la capacité des pistes se situe à 120 mouvements par heure. En améliorant leur gestion, une augmentation de 10 % du trafic est à prévoir. “Nous sommes déjà passés de 58 millions à 62 millions de passagers de 2010 à 2015”, conclut Frank Goldnadel. L’impact économique de cette croissance est immédiat : pour un million de passagers en plus, ce sont 1 500 emplois créés. Au total, l’activité économique générée par les aéroports parisiens mobilise près de 350 000 employés, ce qui créée une valeur ajoutée d’environ 30 milliards d’euros, soit 5,8 % du PIB de l’Ile-de-France et 1,7 % du PIB français. Paris a donc encore de beaux jours devant elle.