Etude Egencia : les PME veulent faire comme les « grandes »

Egencia entend séduire davantage de petites et moyennes entreprises. L'agence de voyages d'affaires leur consacre d'ailleurs une étude soulignant leur appétence pour des solutions leur permettant de réaliser des économies, à l'instar des grands comptes.

Egencia
Egencia a convié des start up dans les locaux d'Expedia le 31 mai, pour faire un point sur la mise en place d'une politique voyages

L’optimisation des dépenses liées aux déplacements professionnels serait-elle réservée des grands groupes du Cac 40 ? Egencia entend bien prouver le contraire. L’agence de voyage d’affaires publie en effet une étude focalisée sur les petites et moyennes entreprises. Sans grande surprise, la recherche d’économie constitue la priorité numéro 1 des PME. Selon Egencia, 85 % des PME estiment que la recherche d’économies supplémentaires figure sur le podium des priorités pour 2018. Dans 60% des cas, c’est même l’enjeu numéro un pour les mois à venir. Cette course à l’économie devance le gain de productivité du voyageur (50%) et l’amélioration de la transparence des frais de déplacements (40%). Selon Egencia, ces trois priorités n’ont pas toujours focalisé l’attention des PME : « Jusqu’ici, les Travel Managers se concentraient surtout sur l’amélioration ou l’extension de la politique voyages, l’amélioration de la gestion des risques ou la précision des accords conclus avec les hôtels et les compagnies aériennes. En 2018, ces critères ne font plus partie des priorités », indique le rapport de l’étude.

« Les PME attendent des rapports détaillés qui fournissent des données sur les dépenses des professionnels durant leurs déplacements », témoigne Virginie Pouget, Director Global Consulting chez Egencia. « Auparavant, les PME n’avaient pas toujours accès à la même quantité de données que les grandes entreprises car cela nécessitait la mise en œuvre de logiciels onéreux. Désormais, nous fournissons des outils complets et simples à utiliser pour leur permettre de parcourir les données et d’y apporter des changements si besoin », assure Virginie Pouget.