Etude SITA : le phénomène BYOD prend de l’altitude

DR
Les voyageurs délaissent l'écran de leur siège au profit de leurs smartphones et PC selon SITA

A l’instar du grand public, le monde de l’entreprise a ses modes, ses nouvelles tendances et.. ses acronymes. L’un d’eux est devenu incontournable depuis déjà quelques années : le BYOD – comprenez « Bring Your Own Device », « emmenez votre propre appareil » – est désormais la règle pour bon nombre de voyageurs d’affaires, qui utilisent leur smartphone personnel à des fins professionnelles, et inversement. La tendance dépasse les murs de l’entreprise, comme en témoigne une étude publiée début juin par SITA. Le spécialiste des technologies liées aux communications et à l’information dans le secteur aérien s’est en effet penché sur les usages des voyageurs en termes de divertissement en vol. La conclusion est claire : qu’ils aient les pieds sur terre ou la tête dans les nuages, les voyageurs utilisent de plus en plus leurs propres appareils, encouragés en cela par les nouvelles possibilités offertes par les solutions IFE (« inflight entertainment »).

Près de la moitié des voyageurs interrogés (46%) auraient ainsi visionné sur leur dernier film en vol en utilisant leur propre appareil. Le chiffre dépasse même celui des passagers n’ayant utilisé que l’écran du siège (44%), 10% des sondés ayant alterné entre les deux options. La tendance ne devrait pas ralentir, dans la mesure où 65% des voyageurs préféreraient utiliser leur propre appareil à bord plutôt que l’écran « traditionnel ».

DR SITA
46% des sondés ont regardé leur dernier film en vol via leur propre appareil

SITA rappelle par ailleurs que la montée en puissance du BYOD s’appuie sur la généralisation des smartphones, en indiquant que 86% des voyageurs embarquent désormais avec – au minimum – un téléphone « intelligent ». Le chiffre aurait augmenté d’un tiers en un an… La musicque serait l’utilisation la plus courante en vol (68%), devant les jeux (54%), la lecture (48%) et les vidéos (44%).

Ces nouvelles pratiques pourraient finalement permettre aux compagnies aériennes d’alléger leurs appareils et surtout leurs investissements dans les systèmes de divertissement à bord, SITA soulignant d’ailleurs que certains transporteurs ont déjà pris le parti de supprimer ces écrans à bord.