Prévisions 2018 : GBTA et CWT parient sur une hausse des prix

L'étude Forecast 2018 a été publiée le 18 juillet par GBTA et CWT. Les deux spécialistes du voyages d'affaires y décryptent les tendances tarifaires attendues l'an prochain, marquées par une hausse généralisée.

GBTA
La Fondation GBTA et CWT ont dévoilé leurs prévisions tarifaires pour 2018

Alors que la Convention GBTA est de retour à Boston du 15 au 19 juillet, la Fondation de l’Association internationale du voyage d’affaires publie avec Carlson Wagonlit Travel ses traditionnelles « prévisions mondiales sur le voyage en 2018 ». Cette quatrième édition, disponible en ligne, table sur une hausse relativement marquée des tarifs pour l’année prochaine, notamment dans l’aérien (+3,5%) et l’hôtellerie (+3,7%) à l’échelle mondiale. Pour les transports urbains et ferroviaires la tendance sera néanmoins à la stabilité (+0,6%).

Si certains acheteurs peuvent s’inquiéter d’une telle hausse, les responsables de l’étude y voient une tendance positive, symptomatique d’un renforcement de l’économie mondiale : « L’augmentation des prix reflète la solidité de l’économie et la croissance de la demande », assure Kurt Ekert, President & CEO de Carlson Wagonlit Travel. Il ajoute : « Ces chiffres globaux devraient être considérés comme de forts indicateurs des perspectives 2018 pour les entreprises mondiales, et nous anticipons un accroissement des dépenses ».

L’Europe – et la France – devraient être tout particulièrement impactées par la hausse des prix dans le secteur aérien. En effet, ce « Forecast 2018 » mise sur une augmentation des prix supérieure à la moyenne à l’Ouest du continent (+5,5%), qui sera d’autant plus sensible dans le ciel français (+7,1%). Les auteurs de l’étude précisent toutefois que « les fluctuations de change pourraient avoir une incidence supplémentaire sur les tarifs aériens en 2018 » et notent que « que c’est encore en Europe de l’Est que les hausses tarifaires pourraient être les plus importantes dans la région », notamment en raison de la Coupe du monde de football, organisée en Russie. Sur les autres marchés, l’augmentation tarifaire sera moins marquée selon la GBTA et CWT : l’Asie-Pacifique (+2,8%) serait pénalisée par la faiblesse de ses infrastructures, l’Amérique du Nord (+2,3%) par les restrictions migratoires imposées par l’administration Trump, tandis que l’Amérique latine (+0,3%) devrait voir les compagnies low-cost accroître leurs parts de marché.

GBTA prévisions 2018
L’hôtellerie et l’aérien seront touchés par une hausse des prix selon GBTA et CWT

L’envolée des prix en Europe devrait également s’appliquer au secteur hôtelier, même si l’organisation de la coupe du monde en Russie « dope » les chiffres du marché EMEA. L’hôtellerie russe devrait afficher une hausse à deux chiffres (11,9%), mais c’est en Norvège que les prévisions sont les plus fortes : +14%. Les hôtels français reverront eux aussi leurs prix à la hausse, mais de façon plus modeste (+5,8%), en deçà de la croissance moyenne en Europe de l’Ouest (+6,3%). L’Asie sera également concernée par cette tendance haussière, et les auteurs de l’étude préviennent : « Les acheteurs doivent s’attendre à des discussions plus difficiles avec les groupes hôteliers nouvellement fusionnés, en particulier sur les marchés à fort volume tels que Bangkok, Beijing, Shanghai et Singapour ». A l’inverse, l’hôtellerie latino-américaine accusera un recul des tarifs (1,2 %) particulièrement sensible chez les poids lourds du business travel que sont le Brésil (-8,7 %) et l’Argentine (-2,7 %).

Enfin, l’étude GBTA-CWT s’est également penchée sur le dossier des transports terrestres. L’année 2018 s’annonce bien plus calme – atone même – pour les acteurs du déplacement urbain et ferroviaire. Alors que les spécialistes tablent sur une augmentation de 5,5 % d’ici 2022, les prix resteront relativement stables l’an prochain (+0,6%). « Le transport terrestre restera fortement concurrentiel dans la zone EMEA » indique l’étude. « Dans l’ensemble, les prix devraient demeurer stables en Europe et subir une maigre hausse de 1 % au Moyen-Orient et en Afrique. Une nouvelle fois, le rail constituera une alternative viable au transport aérien dans toute l’Europe, en particulier à cause des mesures de sécurité renforcées dans les aéroports. En France, les tarifs resteront stables (0%) ». Néanmoins, tous les fournisseurs du business travel ne sont pas logés à la même enseigne. Les prévisions GBTA promettent d’ailleurs une croissance à deux chiffres aux acteurs de l’économie du partage – Uber et Lyft, pour ne citer qu’eux – qui devrait cependant se tasser en 2019.

« Aujourd’hui plus que jamais, les professionnels du secteur ont de multiples éléments à analyser pour concevoir leur programme voyages, notamment les risques géopolitiques, les incertitudes sur les marchés émergents et l’environnement politique en constante évolution en Europe comme aux États-Unis », rappelle Jeanne Liu, vice-présidente à la recherche de la Fondation GBTA. « Les meilleurs programmes devront s’intéresser de près aux risques géopolitiques et à la transformation rapide de l’écosystème des fournisseurs pour réévaluer fréquemment leur stratégie et l’adapter si nécessaire » prévient-elle.