Confusion autour du hors-taxe en aéroport au Royaume-Uni

La souveraineté retrouvée du Royaume-Uni après sa sortie définitive de l'UE se traduira par de nouvelles règles pour le hors-taxe en aéroport ou points d'entrée internationaux. Elles s'assortissent cependant de nouvelles restrictions qui vont affecter les recettes des aéroports britanniques...

Boutique Fendi hors-taxes à Heathrow (Photo:Heathrow Airports Limited)

Pourra-t-on faire des achats en duty-free entre le Royaume-Uni et le reste du monde en 2021? La réponse est oui. Les passagers pourront bien continuer à effectuer des achats hors-taxes dans les Duty-Free Shops. L’annonce s’accompagne même d’une bonne nouvelle. Les voyageurs entre UE et Grande-Bretagne pourront de nouveau acheter alcools et tabac sans taxes, une facilité qui n’est plus autorisée pour les voyages internes à l’Union Européenne. Les passagers retournant de l’UE vers la Grande-Bretagne bénéficieront même d’une franchise plus grande.

On parle bien de la Grande-Bretange. En effet, le gouvernement n’a encore rien décidé pour les voyages à destination et au départ de l’Irlande du Nord, dont le statut légal devient en effet hybride. En revanche, le gouvernement a pris une décision qui va faire perdre bien des recettes aux aéroports.

Duty-Free mais plus de Tax-Free

Le Chancelier de l’Echiquier – l’équivalent du Ministre des Finances – a en effet confirmé ne plus permettre les ventes hors-taxes désignées comme Tax-Free aux passagers internationaux. Non seulement pour ceux se rendant dans l’UE mais aussi pour le reste du monde.

Dans une communication officielle du Trésor britannique, le gouvernement indique « mettre fin aux ventes hors taxes dans les aéroports. Ce qui concerne l’électronique et les vêtements pour les passagers voyageant vers des pays hors du Roaume-Uni« . Le Trésor explique douter également que les consommateurs en aéroport bénéficient réellement de cette largesse fiscale.

Le Trésor explique que vendre en Tax-Free certaines denrées n’est pas « conforme aux principes fiscaux internationaux« . En effet, la TVA et les accises sur les marchandises doivent être payées dans le pays de consommation. Or le gouvernement pointe du doigt le fait que nombre de ses produits achetés sans taxes sont exportés puis réimportés par les passagers résidant en Grande-Bretagne. En Europe, une législation similaire existe en Suisse ou au Danemark.

Une telle décision va donc mettre à mal les finances des aéroports britanniques. En effet leur stratégie de développement dans les dernières années s’est largement appuyée sur la démultiplication des boutiques. On décrit souvent par exemple Londres-Heathrow comme un centre commercial avec des avions…

Heathrow 4 fermé définitivement?

La restriction va faire perdre des millions de livres, selon l’association britannique des aéroports. Et elle se traduit déjà par des mesures de restriction. Ainsi l’aéroport de Heathrow a décidé de laisser fermer le Terminal 4 jusqu’à la fin de 2021. Une rumeur court selon laquelle ce terminal, relativement éloigné des autres aérogares, pourrait même ne jamais rouvrir.

Dans un communiqué, le PDG de Heathrow Airport Holdings Ltd, John Holland-Kaye, déclarait que « 2021 aurait du être l’année de la reprise économique en Grande-Bretagne. Mais les annonces récentes, telles que la taxe touristique ou la fin des ventes tax-free, pourraient être le coup de poignard final pour les entreprises en difficulté qui dépendent des touristes. C’est aussi le cas pour les commerces en aéroports. Pour faire de « Global Britain » une réalité, le gouvernement devrait aider le secteur de l’aviation à survivre, à développer les liens vers nos principaux partenaires commerciaux. Et attirer les entreprises et les touristes à venir en Grande-Bretagne pour y dépenser leur argent« .