Hôtels d’aéroport : lifestyle au bout des pistes

Une nouvelle génération d’hôtels d’aéroport s’est posée tout en douceur près des grands hubs mondiaux, ajoutant aux critères fonctionnels un caractère affirmé, à la fois très contemporain et convivial.

Des lieux dHilton Munich Airport Lobby-corrigee passage qui ont une âme : aux voyageurs toujours entre deux avions, le Hilton Munich Airport offre, le temps d’une nuit, un cadre inspirant avec son immense structure en verre dessinée par Helmut Jahn.
Des lieux de passage qui ont une âme : aux voyageurs toujours entre deux avions, le Hilton Munich Airport offre, le temps d’une nuit, un cadre inspirant avec son immense structure en verre dessinée par Helmut Jahn.

Séjourner dans un hôtel d’aéroport n’est, à vrai dire, pas la plus riante des perspectives qui s’offrent aux cadres nomades. C’est souvent un passage obligé afin de pouvoir prendre le premier vol du matin pour regagner leur bureau.Parfois même, c’est une étape contrainte par une réunion qui se prolonge, laissant le dernier avion décoller sans eux. Ou encore un arrêt forcé par les nombreux aléas qui viennent troubler le ballet des avions, par exemple un volcan qui crachote ses cendres sur toute l’Europe, une grève qui cloue les appareils au sol ou un aéroport bloqué par la neige.

Un brin déprimants donc, tous ces hôtels de passage ? De moins en moins à voir les nouveaux concepts qui apparaissent aujourd’hui à proximité des grands hubs internationaux. CitizenM, Yotel et Pentahotels à Paris CDG, Moxy à Milan Malpensa, Aloft à San Francisco International : à la fois décontractés et trendy, les derniers établissements ouverts aux abords des pistes d’atterrissage tranchent avec leurs aînés, efficaces et fonctionnels, mais qui, pour certains d’entre eux, ont pris quelques rides.

Lancée à Milan Malpensa en 2014, Moxy a inscrit les aéroports dans son ADN. Rien qu’en 2017, la marque trendy de Marriott apparaîtra à Londres Heathrow, Édimbourg, Francfort, Stuttgart et Vienne.
Lancée à Milan Malpensa en 2014, Moxy a inscrit les aéroports dans son ADN. Rien qu’en 2017,
la marque trendy de Marriott apparaîtra à Londres Heathrow, Édimbourg, Francfort, Stuttgart et Vienne.
À Singapour, le Crowne Plaza Changi Airport se dédie à la détente des voyageurs dans un décor de jungle tropicale.
À travers ses suites PlayerPad, le Pentahotel Paris CDG démontre sa volonté de renouveler l’hôtellerie d’aéroport en ajoutant aux éléments fonctionnels une orientation très lifestyle.
À travers ses suites PlayerPad, le Pentahotel Paris CDG démontre sa volonté de renouveler l’hôtellerie d’aéroport en ajoutant aux éléments fonctionnels une orientation très lifestyle.

À côté des aéroports, les voyageurs trouvent souvent des produits vieillissants et ennuyeux. Les opérateurs ne ressentent pas le besoin de les rénover ou d’innover, d’abord parce que ces établissements marchent très bien et qu’en plus, la demande ne cesse de croître”, remarque Alastair Thomann, directeur général de Pentahotels.

Urban Resort à Changi Airport

Toute généralisation est évidemment à proscrire. D’autant que les enseignes auxquelles les voyageurs d’affaires sont le plus habitués ont elles aussi ouvert une page lifestyle. Par exemple, à Singapour, le Crowne Plaza Changi Airport, dessiné par le cabinet d’architectes WOHA, se présente comme un urban resort à portée de pistes. Baigné de lumière, plongeant ses clients d’un soir au milieu d’une jungle tropicale, cet établissement a été élu meilleur hôtel d’aéroport au monde par Skytrax, société de conseil dont les palmarès font référence dans le monde aérien. Fort de son succès, le Crowne Plaza Changi Airport a renforcé son identité affaires en ouvrant l’été dernier une nouvelle aile dotée de 243 Business Rooms agrémentées de bureaux king size.

En Europe, deux établissements de chaîne inaugurés fin 2015 ont, eux aussi, démontré une façon très contemporaine d’envisager l’hôtellerie aéroportuaire. Avec sa façade géométrique et son vaste lobby, le Hilton Amsterdam Schiphol propose “une expérience d’un genre nouveau”, selon Rob Palleschi, directeur général des marques d’Hilton Worldwide. De la même manière, avec ses espaces lumineux aux lignes claires, le Pullman CDG Airport a été conçu par l’architecte-designer Christophe Pillet autour des notions de plaisir et de détente.

Il n’empêche qu’à côté de ces grands noms, la mue lifestyle de l’hôtellerie d’aéroport est surtout portée par quelques agitateurs d’idées récemment apparus sur les radars des grands hubs mondiaux. CitizenM en est un parfait exemple, probablement même le plus emblématique puisque c’est à Amsterdam Schiphol que cette marque a fait ses premiers pas en 2008 avant de devenir une des références mondiales de l’hébergement trendy à prix doux.

En plus d’un sens aigu du design, le CitizenM Paris CDG ajoute des espaces conviviaux où les voyageurs peuvent tromper la monotonie des déplacements.
En plus d’un sens aigu du design, le CitizenM Paris CDG ajoute des espaces conviviaux où les voyageurs peuvent tromper la monotonie des déplacements.

iMac et maquettes d’avion

Présente au cœur de Londres et de New York, attendue prochainement à Paris dans le quartier de La Défense et près de la gare de Lyon, l’enseigne a aussi atterri à Roissy en 2015. Dès l’entrée, un banc-balançoire rouge donne le ton d’un hôtel riant et convivial, où les cadres nomades peuvent s’installer dans le lobby pour travailler sur de longues tables en bois agrémentées d’iMac et de toute la connectique nécessaire. Plus loin, des coins bibliothèques accessoirisés de maquettes d’avion et d’objets design se prêtent à des rendez-vous business informels.

Le Pentahotel Paris CDG, inauguré fin 2016, est dans la même veine. “Le concept que nous avons créé, très design, avec une ambiance“living room”, élève l’expérience d’un hôtel d’aéroport”, estime Alastair Thomann. Des espaces bourrés de fauteuils Chesterfield, du mobilier dépareillé qu’on dirait chiné, des salles de réunions tendance vintage, mais pas passéiste puisque, suivant les dernières modes, on peut y écrire sur les murs : c’est un esprit très loft et très jeune qui traverse l’hôtel, le tout renforcé par un personnel en jean et t-shirt Diesel, partenaire de Pentahotels.

Parmi toutes les chambres, une catégorie, la Penta Plus, se démarque par son côté ludique et old school. Dans cette sorte de junior suite, le coin salon-canapé a été remplacé par un flipper ou un baby foot. Des petites madeleines pour toute une génération de managers qui, selon Sandrine Esnault, directrice Business Development de l’établissement, “ont passé des heures à y jouer à la sortie du lycée”, et peuvent ainsi s’offrir dans l’intimité de leur chambre un petit moment de détente dans un quotidien très affairé.

L’essentiel tient souvent en peu de place. YotelAir propose des cabines design offrant aux passagers un moment pour se rafraîchir à l’arrivée d’un vol long-courrier ou une vraie nuit de sommeil avant un départ tôt le matin.

L’essentiel tient souvent en peu de place. YotelAir propose des cabines design offrant aux passagers un moment pour se rafraîchir à l’arrivée d’un vol long-courrier ou une vraie nuit de sommeil avant un départ tôt le matin.

Comme leurs clients, les hôtels d’aéroport vivent au rythme des agendas professionnels, battant le plein dès les premières heures du jour et offrant des pauses salutaires le soir venu. “D’une manière générale, nos clients arrivent entre 19 h et 22 h 30 et repartent le lendemain entre 7 h 30 et 9 h, selon l’horaire de leurs vols”, décrit Alastair Thomann. A la réception, les voyageurs en partance croisent régulièrement ceux qui descendent d’un vol long-courrier et prennent une chambre à la journée pour pouvoir se doucher avant leur premier rendez-vous.

Si le calme règne dans certains hôtels entre ces chassés-croisés du matin et du soir, ceux qui sont situés au plus près des terminaux ont une activité en quasi continu. Dans son cadre feutré, le bar du Sheraton Paris Airport voit passer un tourbillon permanent de voyageurs d’affaires. Autour des tables encombrées de valises, certains travaillent dans leur coin à mettre la touche finale à leur présentation avant d’embarquer, tandis que d’autres écoutent leur dirigeant définir les points clés du déplacement qui les attend de l’autre côté de l’Atlantique. D’autres encore ne sont là que le temps d’une réunion. “En plus d’être un hub aérien, Paris CDG est aussi un grand carrefour ferroviaire avec sa gare TGV. C’est donc un point de rendez-vous idéal, explique Jan Nielsen, directeur général du Sheraton Paris Airport. Un manager venant des États-Unis peut facilement y retrouver ses collaborateurs, les uns habitant Paris, les autres venant de Lyon ou de Marseille, et qui repartiront le soir venu.

Cette activité en continu implique certaines particularités propres aux hôtels d’aéroport, à commencer par des choses très fonctionnelles comme des rideaux occultants qui permettent de dormir même en plein jour ou des chambres parfaitement insonorisées. Les formules tarifaires sont également adaptées aux besoins des voyageurs. De nombreux hôtels proposent notamment des réservations à la journée, de 9 h à 18 h, ou sur une période de 24 h comme le Moxy Malpensa avec son package “All Day, All Night”. Certains établissements y ajoutent des services pratiques pour les professionnels. Le Sofitel Gatwick compose par exemple des packages sur mesure incluant une nuitée, le parking sécurisé sur une période de 4 à 15 jours, mais aussi un passage rapide des contrôles de sécurité via la Premium Security Lane et l’accès aux lounges “N°1” de l’aéroport.

Embarquement immédiat

Cet hôtel ajoute un élément déterminant pour les voyageurs pressés, celui d’être directement relié au terminal Nord de Londres Gatwick. Etre au plus près des portes d’embarquement peut en effet faire gagner à ses clients de précieuses minutes par rapport aux autres établissements éparpillés dans les zones aéroportuaires et reliés aux halls de départ par une noria de minibus. De la même manière, le Sheraton Paris Airport, comme enchâssé au milieu des terminaux de l’aérogare 2E de Roissy CDG, permet à ses clients “d’arriver à l’hôtel en poussant leur chariot à bagages”, explique Jan Nielsen.

Chaque enseigne ou presque peut ainsi s’enorgueillir de beaux hôtels “au contact”, pour reprendre le jargon du monde aérien. Les Sheraton, à Paris CDG donc, mais aussi à Bruxelles, Amsterdam et Milan, sont idéalement placés, de même que le Sofitel à Heathrow ou le Radisson Blu à Moscou Sheremetyevo. Hilton, premier groupe à s’être lancé dans l’hôtellerie d’aéroport avec l’ouverture en 1959 du Hilton San Francisco International, enrichit lui aussi sa collection d’hôtels à de grands hubs mondiaux avec la reprise récente de l’ancien Kempinski Munich Airport, une cathédrale de verre signée par l’architecte Helmut Jahn.

Face à l’essor continu du transport aérien, la compétition que se livrent entre eux les grands hubs mondiaux passe par une offre hôtelière enrichie. Autant pour satisfaire leurs clients fidèles que pour conquérir de nouveaux passagers, les opérateurs aéroportuaires se doivent d’offrir des solutions d’hébergement toujours plus diversifiées. Le groupe ADP va ainsi accroître le nombre de chambres proposées à Roissy de 1 700 en 2010 à 3 700 chambres à l’horizon 2018, tandis que la capacité d’hébergement à Orly va augmenter de 43 %. Une forte croissance qui tient aussi au développement des nouveaux quartiers d’affaires Roissypôle et Cœur d’Orly à proximité de ces aéroports.

Cependant, plus encore qu’à leurs alentours, c’est au sein même des terminaux que se joue le nerf de la guerre, c’est à dire arriver à capter le flux de passagers en correspondance, là même où excellent les aéroports moyen-orientaux. Le Dubai International Hotel, taillé pour accueillir les voyageurs lors de longs stop-overs avec ses 469 chambres et 61 suites, participe à faire du hub un point de passage clé entre l’Europe et l’Asie ou l’Australie. Avec le même objectif d’offrir un lit pour quelques heures aux voyageurs en correspondance longue, l’enseigne YotelAir s’est implantée en juin dernier au lounge Instant Paris de Roissy CDG. Apparue en 2006 à Amsterdam Schiphol, Londres Heathrow et Gatwick, la marque est à mille et une lieues du luxe à la Dubaiote. Des chambres de 9 m2, mais de grand confort, un parti-pris high-tech et un design épuré. Miniature mais lifestyle, comme le veut l’air du temps.

Les meilleurs hôtels d’aéroport selon Skytrax

Au monde

  1. Crowne Plaza Changi Airport
  2. Regal Airport Hong Kong
  3. Pullman Guangzhou Airport
  4. Hilton Munich Airport
  5. Sofitel Heathrow
  6. Langham Place Pékin
  7. Hilton Frankfurt Airport
  8. Mövenpick Hotel Bahrein
  9. Fairmont Vancouver Airport
  10. Grand Hyatt DFW

Autres établissements récompensés

N°1 en Afrique : InterContinental Johannesburg OR Tambo
N°1 en Australie/Pacifique : Stamford Plaza Sydney Airport
N°1 en Amérique du Sud :
Marriott Sao Paulo Airport