• Mots clés connexes
  • Inde

Inde-Pakistan : le conflit perturbe les voyages d’affaires vers l’Asie du Sud Est

Passagers bloqués, retards, annulations, changements d'itinéraires : le conflit entre l'Inde et le Pakistan a fortement perturbé les déplacements professionnels entre l'Europe et l'Asie du Sud-Est. Etat des lieux.

Les déplacements professionnels entre l'Europe et l'Asie du Sud-Est sont affectés par le conflit entre l'Inde et le Pakistan

L’attaque aérienne du Pakistan sur deux avions militaires indiens mardi dernier s’est traduite par un geste inattendu du Pakistan : celui de fermer son espace aérien, affectant tous les vols passant au-dessus de son territoire. L’Inde a également partiellement fermé son espace aérien au Nord du pays, ajoutant à la confusion. Vendredi, la situation était pratiquement redevenue normale, mais beaucoup de passagers sont en attente en raison de vols pleins entre Europe et Asie du Sud Est.

Premier concerné : le trafic depuis l’Asie du Sud Est vers le Moyen-Orient et l’Europe ainsi que les vols au départ et à l’arrivée de Delhi. Bangkok a été l’aéroport le plus affecté avec plus de 5000 passagers bloqués, les compagnies aériennes annulant mercredi et jeudi des vols en cascade. Thai Airways International a ainsi annulé ses 13 liaisons quotidiennes sur l’Europe, dont Paris, Bruxelles et Zurich avec 4000 passagers bloqués. Au total, l’aéroport de Bangkok a vu 36 vols annulés au départ comme à l’arrivée.

Jeudi, Thai Airways International avait changé ses itinéraires en passant par la Chine et la Russie, occasionnant des retards de 90 minutes à deux heures. Il reste encore 3000 passagers en attente qui devraient pouvoir être rentrés dans leur pays d’ici dimanche selon Thera Buasri, directrice du contrôle des opérations au sol pour la compagnie aérienne nationale thaïlandaise.

Le rétablissement de la situation est plus lent que prévu, les vols au départ de Bangkok vers l’Europe étant souvent complets, en raison de la haute saison touristique en Thaïlande. Mercredi, l’Inde a également suspendu ses vols depuis certains de ses aéroports du Nord. Ces installations sont revenues à la normale jeudi, mais les vols à destination de l’Europe et des États-Unis au départ de New Delhi ont été touchés.

De son côté, Singapore Airlines et les transporteurs sur Singapour ont dû annuler leurs vols ou, au mieux, faire passer leurs avions en empruntant d’autres routes aériennes. Les avions au départ de Singapour sont passés plus au Sud ou via le Golfe Persique, obligeant des appareils à faire escale à Bombay ou Dubaï pour refaire le plein de kérosène. Près de 220 vols ont été affectés le mercredi.

Ce vendredi, selon le site Flightradar24.co, qui analyse en temps réel les mouvements d’avion, la situation était de nouveau normale avec pourtant des retards signalés sur certains vols, retards pouvant atteindre jusqu’à une heure en moyenne.