Oneworld : Qatar Airways vers le départ ?

Depuis octobre, le PDG de Qatar Airways Akbar Al Baker brandit la menace d’un divorce avec l’alliance Oneworld. Ce départ préparerait une éventuelle création d’alliance, sous l’égide de la compagnie qatarie. Une nouvelle offre pour le monde des affaires ?

Qatar Airways
Akbar al-Baker (à droite), Pdg de Qatar Airways, inaugurant le salon de la compagnie à Paris CDG

Akbar Al Baker, PDG de Qatar Airways, est connu pour ne pas mâcher ses mots. Et depuis quelques semaines, son courroux se porte sur l’alliance Oneworld, que Qatar Airways a intégré en 2013. Le PDG de Qatar Airways a ainsi indiqué sa frustration au sein d’un groupe qui, en fait, ne lui permettrait pas d’assouvir ses ambitions de croissance. Akbar Al Baker parle notamment de l’hostilité à peine voilée d’American Airlines et de Qantas. Lors d’une conférence de presse à New York, le volubile PDG de Qatar Airways a fustigé l’attitude négative d’American Airlines, qui, en 2017 lui a mis des bâtons dans les roues pour l’empêcher d’acquérir 10% de son capital. American Airlines suit aussi la position américaine sur la distorsion de concurrence dont bénéficieraient les compagnies du Golfe, en particulier Emirates, Etihad et Qatar Airways – ces trois dernières étant accusées de bénéficier de subsides gouvernementaux, pour entretenir des lignes jugées déficitaires et des tarifs jugés trop bas. Le transporteur américain a d’ailleurs mis fin à son accord de partage de codes avec Qatar Airways, et ce malgré l’alliance…

Les griefs de Qatar Airways ne s’adressent pas seulement à American Airlines. La compagnie en veut aussi à l’Australien Qantas, qui semble également rétive à toute expansion du transporteur qatari en Australie. Il faut dire que Qantas entretient un accord de coopération très approfondi avec Emirates Airlines, faisant transiter nombre de ses passagers via Dubaï. L’expansion de Qatar Airways en Australie est donc jugée plus négative. La semaine dernière, le PDG de Qantas, Alan Joyce, suggérait d’ailleurs à Qatar Airways de mettre sa menace à exécution et de quitter Oneworld. S’exprimant dans le quotidien de Hong Kong, South China Morning Post, le PDG de la compagnie australienne déclarait que si “Qatar Airways décidait de partir, c’est parce que l’alliance ne leur apporte plus les bénéfices attendus. Personne ne doit être dans une alliance, si cela ne fonctionne pas. Si [les dirigeants de] Qatar pensent qu’ils feront mieux hors du cadre de Oneworld, c’est leur décision ».

Le départ de Qatar Airways pourrait donc se réaliser en 2019 mais beaucoup d’experts estiment que la sortie potentielle du transporteur lui permettrait de procéder à la création de sa propre alliance capitalistique. Qatar Airways est en effet déjà présent dans le capital de IAG, Latam et de Cathay Pacific et a investi dans la compagnie Air Italy, sa première filiale européenne. Elle aurait donc sur le papier les moyens de construire une nouvelle alliance ou un groupe ayant une véritable assise mondiale. D’autant que la rumeur parle d’une éventuelle sortie de Cathay Pacific de Oneworld. Une recomposition en vue donc et qui permettrait de voir l’émergence d’un nouveau pôle attractif pour le marché des voyages d’affaires…