De beaux jours pour l’ouverture d’hôtels à Taipei

Alors que beaucoup de pays d’Asie s’inquiètent du ralentissement économique en Chine qui affecte la croissance du tourisme, l’hôtellerie à Taiwan est toujours en plein boom. Depuis 2015, la baisse régulière des arrivées chinoises dans l’île a en fait mieux préparé le secteur hôtelier à amortir le choc d’une croissance en berne.

Antonio Citterio Patricia Viel
La Taipei Sky Tower doit être inaugurée en 2020, et accueillera deux hôtels du groupe Hyatt

La guerre commerciale dans laquelle semblent englués les Etats-Unis et la Chine commence à faire sentir ses effets sur la première puissance économique d’Asie. En effet, les incertitudes sur l’évolution économique du pays se traduisent par une baisse des investissements et un ralentissement de la consommation. Certes, le PIB de la Chine a cru de 6,2% au second trimestre mais c’est sa plus faible progression sur plus d’une décennie. Signe inquiétant : le taux de vacance dans l’immobilier de bureaux – un indicateur de la confiance économique – dans les grandes villes de Chine est en forte hausse. Ce taux a bondi à 18% à Shanghai, 16% à Shenzhen et 11,5% à Pékin.

Il est pourtant une oasis de prospérité dans une région où l’incertitude pousse les investisseurs locaux à une plus grande prudence. Le tourisme à Taiwan est en pleine croissance et cela profite pleinement à l’hôtellerie locale. Les relations politiques entre Chine et Taiwan se sont considérablement dégradées depuis quelques années et se traduisent par une baisse du commerce entre les deux entités mais surtout par un effondrement des arrivées des Chinois du continent dans l’île. De plus de quatre millions de touristes en 2015, le nombre de visiteurs chinois est tombé l’an dernier à un peu moins de 2,7 millions (-1,5%). Une évolution surtout influencée par l’effondrement des voyages de groupe alors que celui des visiteurs individuels chinois continue de progresser.

En 2018. Taiwan a enregistré 11 millions d’arrivées internationales, soit une hausse de 3,6% comparée à 2017. Un résultat lié à la suppression des visas pour la plupart des pays d’Asie, stimulant ainsi le tourisme. Taiwan enregistre notamment une forte progression du tourisme d’affaires en provenance des Etats Unis, d’Europe et du Japon.

Du coup, l’hôtellerie taïwanaise ne cesse de voir arriver de nouveaux hôtels. En 2018, Taipei a compté plus d’un millier de chambres supplémentaires. 2019 va voir l’inauguration d’autres établissements ouvrir leur porte dans la capitale taïwanaise.

En août 2018 s’est ouvert le Renaissance Shihlin avec 104 chambres, suivi en septembre dernier du Hilton Taipei Sinban et ses 400 chambres. Hilton est ainsi de nouveau présent à Taipei après 16 ans d’absence. Il a été suivi par DoubleTree by Hilton à Taipei Zhongshan avec 106 chambres. Un Courtyard by Marriott a aussi ouvert en octobre dernier près du Nangang Exhibition Centre avec une capacité de 465 chambres.

Pour cette année, un second Courtyard by Marriott a déjà ouvert ses portes avec 227 chambres, The Place Taipei, un quatre étoiles de 179 chambres, de même que le premier établissement asiatique de la chaîne américaine Kimpton (129 chambres), issue du groupe Intercontinental, qui nourrit de grandes ambitions à Taipei. IHG prévoit en effet six autres hôtels sur l’île. Est également prévue l’ouverture d’un second établissement quatre étoiles de la chaîne Caesar Park.

De fait, la solidité des segments de voyageurs individuels et du voyage d’affaires permet aux derniers-nés de l’hôtellerie taïwanaise d’enregistrer des taux d’occupation satisfaisants, autour de 60% en moyenne. Un signe encourageant qui prouve que la destination conserve ses attraits vis-à-vis de la clientèle affaires. Selon le cabinet de consultants CBRE, le taux d’occupation moyen de l’hôtellerie atteignait 61% pour toute l’île en 2018, et de 71% à Taipei.

Le prochain développement hôtelier d’envergue se concentrera autour de la Taipei Sky Tower, dont l’inauguration est prévue en 2020. Haut de 280 mètres avec 46 étages et à proximité de la Taipei 101 Tower, le gratte-ciel sera un nouveau symbole de la capitale taïwanaise. Il devrait abriter deux hôtels, tous les deux sous marque du groupe Hyatt, un Park Hyatt et un Andaz. Les deux établissements ajouteront quelque 500 chambres et renforceront l’image de tourisme de luxe de la ville, le Park Hyatt en devenant le plus récent des cinq étoiles de Taipei.