Le Qatar remporte une manche dans son conflit aérien avec ses voisins

La Cour Internationale de La Haye a rendu un verdict favorable au Qatar dans le blocus qu’imposent ses voisins. La décision ouvre la voie à l‘OACI pour demander la suspension de ce blocus, sous peine de sanctions. Quelles conséquences ce jugement aura-t-il pour les voyageurs d’affaires ?

Qatar Airways
Le jugement rendu à La Haye devrait conduire à la levée du blocus imposé à Qatar Airways

C’était en 2017, et la crise dans le Golfe opposant le Qatar a l’Arabie Saoudite et ses alliés avait pris un tour dramatique pour le transport aérien régional. Du jour au lendemain, le Qatar et son transporteur national Qatar Airways se retrouvaient isolés par la voie des airs, l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, Bahreïn et l’Égypte interdisant le survol de leur territoire et l’atterrissage de Qatar Airways.

Depuis cette période, le Qatar doit ainsi faire voler ses avions par Oman et l’Iran, avec un coût supplémentaire lié au détour. La décision rendue mardi 14 juillet par la Cour internationale de justice de revendiquer le caractère illégal des restrictions de l’espace aérien imposées par ses voisins devant l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) est donc une étape supplémentaire vers la levée potentielle de ces sanctions.
Dans son jugement, la cour internationale reconnait que l’OACI a toute compétence pour entendre la revendication du Qatar, le blocus aérien du pays étant de fait une violation du droit international. Le service d’information officiel du Qatar annonce que « l’OACI va maintenant reprendre ses travaux pour résoudre les demandes présentées par l’État du Qatar ». L’enquête avait été suspendue suite au dépôt d’une plainte par l’Arabie Saoudite qui estimait un jugement de l’OACI contraire à la souveraineté de chaque pays sur son espace aérien.

Dans une communication officielle, le ministre des transports et des communications du Qatar, Jassim bin Saif al-Sulaiti, s’est félicité de la décision prise par la CIJ, « qui permettra aux États bloquants d’être enfin traduits en justice pour avoir violé les règles internationales de l’aviation. Nous sommes convaincus que l’OACI finira par juger ces actions illégales ».

Quelles seront les conséquences pour les voyageurs dans la région ? A court terme, rien ne devrait changer car l’OACI va devoir de nouveau statuer sur le blocus et probablement tenter de trouver un compromis. Ce qui pourrait prendre plusieurs mois… A plus long terme, il est probable que l’espace aérien des quatre pays concernés se rouvrira de nouveau aux appareils de Qatar Airways et aux compagnies souhaitant atterrir à Doha. Avec un avantage : celui de raccourcir les temps de vol en provenance d’Europe ou d’Afrique et également de réduire la facture kérosène de la compagnie qatarie. De là à ce que cela se traduise sur les tarifs…