Rencontre : Cyril Aouizerate, fondateur de MOB Hotel

Cyril Aouizerate, fondateur de MOB Hotel, dresse le portrait de MOB House, le nouveau concept de résidence urbaine qui sera inauguré en fin d'année 2019 à Paris. Son credo : des espaces à vivre, "très business, (...) entre décontraction et concentration".

Cyril Aouizerate, fondateur de MOB Hotel

L’appartement qu’on aimerait avoir

Après le succès des premiers Mob Hotel, pourquoi vous lancez-vous dans les moyens et longs séjours ?

C. A. – L’idée des MOB House, dont le premier établissement ouvrira fin 2019 aux abords du marché aux puces de Paris, est venue de façon assez naturelle, afin de satisfaire toute cette génération d’entrepreneurs qui viennent de province ou d’ailleurs en Europe travailler à Paris plusieurs fois par mois et qui en ont assez d’accumuler la location d’un studio, plus celle d’un espace de travail.

Comment l’esprit innovant de Mob va-t-il se traduire dans une résidence ?

C. A. – Avec Philippe Starck, nous voulons proposer les appartements qu’on aimerait tous avoir à Paris. L’idée, ce sont des chambres de 50 m² à 100 m² au confort absolu et parfaitement adaptées au travail nomade. L’espace nuit est dissimulé de façon élégante de l’espace de vie, lieu cosy où les voyageurs d’affaires peuvent parfaitement tenir une réunion à cinq ou six. Tout est fait pour recevoir des clients comme dans un bureau traditionnel avec des écrans intégrés au plafond pour projeter des présentations, des imprimantes, des téléphones équipés pour des visioconférences. D’autre part, comme les chambres sont communicantes grâce à des portes dérobées, plusieurs collaborateurs peuvent se retrouver pour une semaine de brainstorming. Tout le monde dort au même endroit, mais chacun avec son espace, sa salle de bain.

Quels équipements proposerez-vous ?

C. A. – Il y aura le strict minimum, juste de quoi faire un café à ses clients. Mais pas de four, ni de plaque à induction ; peut-être un micro-ondes, mais rien n’est encore tranché. Notre clientèle aime se faire plaisir et n’a pas envie de manger des pâtes tous les jours. On opte donc pour un room service avec des produits de qualité et bio. Les résidents retrouveront aussi ce qui fait la marque de fabrique de MOB avec des terrasses partout, même dans les chambres, un jardin, une piscine, deux restaurants, un bar, une dimension culturelle forte… Les Mob House seront à la fois très business, mais aussi comme on vit tous aujourd’hui, entre décontraction et concentration.

A lire aussi dans ce dossier : Résidences urbaines : Le long séjour en mode lifestyle