Les Etats-Unis imposent à leur tour un test PCR aux voyageurs

Les États-Unis vont exiger un test covid-19 négatif pour tous les voyageurs internationaux, avant de prendre un avion pour le territoire américain. La mesure doit entrer en vigueur le 26 janvier prochain.
Los Angeles (Photo: Bovinecop, aka salewskia., CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons)

Selon une nouvelle ordonnance des « Centers for Disease Control and Prevention » (CDC) qui gèrent la sécurité sanitaire avec la crise du covid-19, tous les passagers se rendant aux Etats-Unis devront présenter un test négatif pour embarquer sur un vol. La mesure s’applique également aux citoyens américains retournant dans leur pays.

Le test ne pourra être que de type PCR et effectué jusqu’à 72 heures avant la départ. Le résultat devra être communiquer à la compagnie aérienne. Cette dernière devra refuser l’embarquement du passager en cas de manquement à la règle.

Le CDC permettra également la venue de passagers affectés par le virus antérieurement à leur voyage. Ils devront cependant produire un document indiquant qu’ils sont guéris.

Le CDC recommande également de se faire tester à nouveau trois à cinq jours après l’arrivée aux États-Unis et de se mettre en quarantaine chez soi pendant sept jours après le voyage.

Toujours pas d’autorisation d’entrée pour les visiteurs européens

« Le test n’élimine pas tous les risques. Associé à une période de séjour à la maison et à des précautions quotidiennes comme le port de masques et la distanciation sociale, il peut rendre les voyages plus sûrs, plus sains et plus responsables et réduit la propagation dans les avions, dans les aéroports et à destination », a déclaré le directeur du CDC, le Dr Robert R. Redfield dans une communication officielle.

Cependant, les citoyens non américains et résidents non permanents européens n’ont toujours pas d’autorisation de se rendre aux Etats-Unis. Et ce, avec ou sans test négatif. Il n’y a en effet toujours pas d’amendement au décret pris en mars par l’administration Trump. Le décret bannit les voyageurs de l’espace Schengen et du Royaume-Uni.

Au début de ce mois, Airlines for America, qui représente les grandes compagnies aériennes américaines, est montée au créneau. Elle a demandé au gouvernement américain d’instituer « un programme mondial pour exiger des tests pour les voyageurs à destination des États-Unis« . Le système remplacerait les restrictions actuelles sur les voyages internationaux, selon Reuters.

« Nous pensons qu’un programme bien planifié, axé sur l’augmentation des tests pour les voyageurs à destination des États-Unis, permettra d’atteindre ces objectifs d’une manière beaucoup plus efficace que les restrictions générales actuellement en vigueur », soutient Airlines for America.

Un test négatif pourrait s’accompagner d’une quarantaine très courte avec un nouveau test sur place. L’Etat de New York par exemple exige depuis quelques jours que les voyageurs effectuent un second test suivant une quarantaine à leur arrivée à New York. Cette dernière s’élève à trois jours.