AccorHotels fait appel à Dreem pour lutter contre les troubles du sommeil

Un nouveau partenariat est né entre la start-up Rythm et AccorHotels. Un test a été lancé dans deux hôtels Pullman, à Paris et San Francisco, qui fournissent à leurs clients le bandeau Dreem, un appareil permettant d’améliorer le sommeil de l’utilisateur.

Le bandeau connecté Dreem de Rythm
Le bandeau connecté Dreem qui sera testé dans les hôtels Pullman à Paris et à San-Francisco (c) Rythm

Le décalage horaire peut rapidement devenir l’ennemi numéro 1 du voyageur d’affaires, qui peut mettre plusieurs jours pour s’y adapter. Les déplacements intercontinentaux se transforment alors en corvée, voire en souffrance. Pour les professionnels en proie à ces troubles du sommeil, ces symptômes ne sont que trop familiers : fatigue, baisse de concentration, capacités mémorielles altérées.

Améliorer le sommeil, faciliter le réveil

Pour s’attaquer à la problématique – ô combien cruciale – du sommeil, le groupe Accor Hotels propose depuis peu un nouveau service : Dreem. Créé par la start-up française Rythm, ce bandeau connecté est doté de capteurs ultra-sensibles, qui compilent différentes données telles que les ondes cérébrales, la fréquence cardiaque ou encore la respiration du voyageur. En fonction de ces paramètres, Dreem émet des sons dans l’oreille interne afin d’améliorer la qualité du repos. Cette technique a été testée et validée cliniquement, et promet des nuits beaucoup plus réparatrices. Dreem agit aussi en aval de cette phase de repos, grâce à son système de réveil intelligent censé rendre le retour à la réalité le moins brutal possible.

Un projet en test dans les Pullman de Paris et San-Francisco

Cette technologie ne supprimera par le décalage horaire, mais elle pourrait en réduire les effets et accélérer la période de récupération. « Une bonne nuit de sommeil est l’un des préceptes de la philosophie bien-être de Pullman, qui en a fait l’un des quatre piliers de son célèbre programme bien-être : sommeil, alimentation, sport et spa », assure Aldina Duarte Ramos, directrice du bien-être pour Sofitel, Pullman et Swissôtel. AccorHotels reste cependant prudent et ne propose Dreem qu’au sein des établissements Pullman de Paris Centre-Bercy et celui de San Francisco Bay, dans le cadre d’un projet pilote.

Un concours pour remporter un bandeau Dreem

En outre, le groupe propose aux membres de son programme fidélité, « Le Club AccorHotels », de répondre à une enquête relative à la santé, au bien-être et à l’éducation au sommeil. Les participants feront partie d’un tirage au sort afin de remporter un bandeau Dreem du 12 au 19 février 2018. L’appareil coûte 499 dollars dans le commerce, avec son étui de voyage.

(c) Rythm