Aigle Azur : envol intercontinental et alliances

Aigle Azur réaffirme son positionnement de second transporteur aérien français. Et elle compte bien gagner encore en visibilité avec le lancement de nouvelles lignes long-courriers en juin prochain.

Aigle-Azur
Aigle Azur lance des vols long-courriers vers Pékin et Sao Paulo, opérés sur de nouveaux Airbus A330-200.

Second transporteur aérien français, Aigle Azur affiche d’ambitieux objectifs d’expansion. « Nous avons passé sept mois à travailler à notre redressement, mettant à plat notre organisation et notre modèle, décrit Frantz Yvelin, président de la compagnie. L’année 2018 est l’année où nous nous réinventons avec l’objectif d’être un transporteur hybride, ayant une stratégie « low fare » mais avec une montée en gamme progressive de notre service. »  La détermination du nouveau PDG va s’exprimer à travers deux nouveaux axes stratégiques : le long-courrier et la mise en place d’alliances.

Côté long-courrier, Aigle Azur a pris livraison de deux Airbus A330-200 qui offriront une classe éco, une classe éco+, et une classe affaires, cette dernière composée de sièges convertibles en lits parfaitement horizontaux. Les deux appareils feront leurs armes sur des lignes court et moyen courriers avant d’entrer en service sur le long-courrier à l’été. Aigle Azur prévoit le lancement – sous réserve du feu vert des autorités – de trois vols par semaine vers Pékin dès le 21 juin et vers Sao Paulo-Viracopos, à Campinas, dès le 5 juillet. « Nous serons ainsi la première compagnie aérienne à relier Orly à la Chine et au Brésil« , indique Frantz Yvelin.

Ces deux destinations correspondent aussi à une stratégie de rapprochement avec Hainan Airlines en Chine et d’Azul au Brésil, deux compagnies qui ont un dénominateur commun avec Aigle Azur : celles d’être détenues à la fois par le groupe chinois HNA et l’investisseur américain David Neeleman. « Nous allons bien entendu exploiter les synergies avec ces deux transporteurs, en facilitant les correspondances vers nos réseaux respectifs. Par exemple, nous offrirons une excellence connexion entre Sao Paulo et Moscou« , poursuit Frantz Yvelin.

Si l’axe intercontinental marque une véritable rupture stratégique, cette activité s’affichera, selon le président d’Aigle Azur, en complément du réseau court et moyen-courrier, fer de lance du transporteur. « Nous allons renforcer notre desserte de l’Europe avec un second vol quotidien sur Berlin et l’ouverture en septembre d’un vol quotidien sur Milan Malpensa. Nous allons également lancer des vols saisonniers entre Marseille et Beyrouth entre juin et septembre« , précise encore le PDG d’Aigle Azur.

Cependant, la compagnie ne souhaite pas se développer seul sur ses marchés. Outre la coopération mise en place avec Azul et Hainan Airlines sur le long-courrier, Aigle Azur renforce sa coopération avec Corsair sur Bamako – désormais desservi par cinq vols hebdomadaires, dont trois par les appareils Aigle Azur – et avec l’utilisation du salon de la compagnie à Orly. En parallèle, Aigle Azur entend coordonner son réseau Europe avec le réseau caribéen d’Air Caraïbes. Enfin, un partenariat d’envergure est également mis en place avec TAP Portugal qui permet d’offrir une offre sans équivalent sur l’axe France-Portugal à raison d’une douzaine de vols quotidiens entre les deux pays. De grandes ambitions qui, selon Frantz Yvelin, ne sont qu’un début. « On ne pourra plus nous appeler la ‘Belle Endormie’« , plaisante-t-il.