Menacée de faillite, quel avenir pour Alitalia ?

Les employés d'Alitalia ont rejeté un énième plan de sauvetage. La compagnie pourra-t-elle encore voler longtemps alors qu’elle perd 500 000 euros par jour ? Une solution pourrait être de suivre le modèle de Malaysia Airlines sauvée de la faillite en 2014 au prix de nouveaux lourds sacrifices. A moins qu’une faillite puisse créer un nouveau transporteur national…

Alitalia
Le sort d'Alitalia est menacé

67% : c’est le pourcentage de votes des employés contre le projet de redressement de la compagnie nationale Alitalia, vote organisé ce lundi. 6 816 employés de la compagnie ont voté contre, 3206 pour le projet de redressement qui prévoyait une restructuration du réseau court/moyen courrier, le départ de 980 employés du personnel au sol et la réduction moyenne des salaires de 8%. Le tout représentait une économie d’exploitation d’un milliard d’euros sur trois ans pour un bénéfice possible à l’horizon 2019.

Le « oui » aurait été suivi d’un plan de recapitalisation de deux milliards d’euros. Sur cette somme, les actionnaires comptaient utiliser 900 millions au développement de lignes long courriers et à l’achat de nouveaux avions.

L’impasse actuelle pourrait conduire à une éventuelle faillite de l’un des principaux transporteurs aériens en Europe. Rome a déjà annoncé ne pas vouloir nationaliser la compagnie, qui se trouve à 49% entre les mains d’Etihad, la compagnie nationale d’Abu Dhabi. Laquelle refuse également de remettre la main à la pâte avec d’autres actionnaires après plusieurs recapitalisations durant la dernière décennie. L’an dernier, Alitalia a perdu 460 millions d’euros.

Etihad espérait pouvoir faire d’Alitalia une compagnie bénéficiaire cette année, mais ces espoirs ont été contrés par la concurrence du transport low-cost en Italie, Alitalia perdant des parts de marché sur le domestique et l’Europe. De plus, le produit de bord Alitalia a vieilli et doit être renouvelé pour attirer les hommes d’affaires et passagers premium.

sans ce nouveau plan de sauvetage, Alitalia ne survivra pas

A la veille du scrutin, le Premier Ministre italien Paolo Gentiloni avait pourtant cherché à convaincre les employés de voter « oui ». « Je sais que les employés ont déjà fait beaucoup de sacrifices. Mais sans ce nouveau plan de sauvetage, Alitalia ne survivra pas », déclarait-il au Corriere della Sera, le quotidien du soir de Milan.

Les dirigeants d’Alitalia peuvent demander une mise en redressement judiciaire et la nomination d’un administrateur en attendant un éventuel repreneur ou une recapitalisation par le secteur privé. La compagnie a encore des liquidités jusqu’à la fin mai. Mais après ?

 

Alitalia
67% des employés Alitalia ont voté contre le projet de redressement de la compagnie

Si rien n’est fait, la compagnie sera déclarée insolvable et mise en liquidation tandis que sa flotte sera clouée au sol. Il est probable qu’un administrateur sera nommé par le gouvernement qui sera chargé de trouver un plan alternatif. Alitalia pourrait peut-être regarder à ce qui s’est passé depuis 2014 chez Malaysia Airlines. La compagnie fortement endettée a été transformée en holding d’Etat avec obligation de redresser ses comptes. Elle a changé de nom et procédé à une restructuration drastique de son réseau. Mais elle pense pouvoir gagner finalement de l’argent cette année et parle de nouveau d’expansion. Le chemin à suivre pour la compagnie italienne ?