En cessation de paiements, Virgin Australia vole toujours

C’est officiel depuis le 21 avril : Virgin Australia est en cessation de paiements. La compagnie aérienne entend néanmoins continuer à voler.

Virgin Australia
Malgré sa situation très incertaine, Virgin Australia espère renaître après la crise Covid-19

Le Covid-19 a fait une nouvelle victime dans le secteur aérien, cette fois dans le ciel australien. Virgin Australia l’a annoncé le 21 avril : la compagnie est en cessation de paiement est se place sous la tutelle de quatre administrateurs issus du cabinet Deloitte. Si la démarche n’a pas de quoi rassurer sur la pérennité de la marque Virgin Australia, les responsables du transporteur australien se montrent pourtant assez optimistes… A court terme, la compagnie entend continuer à assurer sa mission : « Virgin Australia continuera d’exploiter ses vols réguliers internationaux et intérieurs, qui contribuent au transport de travailleurs essentiels, au maintien d’importants corridors de fret et au retour des Australiens dans leur pays », indique la direction de Virgin Australia. Mieux : celle-ci se projette sur un avenir à moyen, voire à long terme, « Notre décision vise à assurer l’avenir du groupe Virgin Australia et à ressortir la tête de l’eau une fois passée la crise Covid-19″, assure le PDG du groupe, Paul Scurrah. Celui-ci estime que « L’Australie a besoin d’une deuxième compagnie aérienne [avec Qantas, ndlr] et nous sommes déterminés à continuer à voler », assurant même que « Virgin Australia jouera un rôle essentiel pour remettre l’économie australienne sur pied après la pandémie de COVID-19 en assurant au pays un accès à un transport aérien compétitif et de qualité« .

Pour l’heure, c’est surtout la compagnie aérienne qui espère voir l’Etat australien venir à sa rescousse, et la direction du transporteur rappelle d’ailleurs que « le groupe a continué à solliciter l’aide financière d’un certain nombre d’acteurs, y compris les gouvernements des États et le gouvernement fédéral, pour l’aider à traverser cette crise sans précédent, mais n’a pas encore obtenu le soutien nécessaire« . Quant à Vaughan Strawbridge, l’un des quatre administrateurs désignés pour sauver la compagnie, il évoque « un processus de restructuration et de refinancement de l’entreprise [afin] de la sortir de l’administration dès que possible », et assure que certains acteurs ont déjà manifesté leur intérêt à l’égard du capital de Virgin Australia.